Parler en public : 5 minutes pour convaincre

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 14/09/2006 à 16h01 , modifié le 16/11/2006 à 17h33 0 commentaire

Vous devez donner un discours, prendre la parole en réunion ? Voici les règles d'or à adapter pour se faire comprendre... et écouter.

La gestuelle
Les gestes sont importants pour partager ses informations, échanger, s'ouvrir au public. Il ne faut pas hésiter à les utiliser sans toutefois en abuser.
A éviter :
Garder les bras croisés donne une image très négative de repli sur soi, ainsi que les gestes trop directifs (doigts qui pointent) ou les mains dirigées vers le bas.

La posture
Debout ou assis, il est important de se pencher légèrement en avant vers son public.
A éviter :
Le torse bombé ou le menton relevé peuvent refléter une image prétentieuse.

Le regard
On a souvent tendance à balayer son auditoire du regard. Or, un discours n'est pas une partie de tennis. Il vaut mieux fixer son attention sur un point ou une personne centrale.
A éviter :
Un regard fuyant.

Le sourire
Il est déterminant. On n'est d'ailleurs pas obligé de sourire avec la bouche, on peut également sourire avec les yeux. D'ailleurs, une citation dit même que plus le visage est sérieux, plus le sourire est beau !

L'écoute
Laisser de la place à son interlocuteur est toujours bien vu. L'écoute peut aussi se faire dans le silence entre deux phrases.

Les répétitions
Répéter plusieurs fois une donnée ou un chiffre important peut contribuer à ce qu'il reste plus facilement en mémoire.


Le débit
Durant un discours, il ne faut pas hésiter à changer de rythme, prendre son temps pour des phrases clés. En moyenne, un bon débit se situe autour de 140 mots par minute. La respiration contribue à améliorer notre débit. " Respirer son texte " c'est aussi le rendre plus vivant.

Les 3 C
Cohérence
Concision
Clarté
Les phrases les mieux comprises ne dépassent pas 20 mots au grand maximum.

Illustrer son propos
Cela permet d'être mieux compris. Les gens fonctionnent à l'affectif et à l'émotion. Une information donnée dans le cadre d'une anecdote ou d'une analogie sera mieux retenue.

Choisir des mots simples
Evitez les mots trop techniques. Savoir à qui on s'adresse peut permettre d'adapter son vocabulaire et de cibler son langage.

A éviter
Les activités de dérivation
Gratter la table avec son ongle, chasser de sa chemise une poussière imaginaire, déplacer un objet... Ces petites manies sont signe d'un manque de confiance en soi, de moments de difficultés.

Ne pas vouloir tout dire
Voltaire disait : " Il faut prendre le temps de faire court. " En effet, synthétiser ce que l'on souhaite dire est très important, le public en sera d'autant plus attentif.

Une voix trop haut perchée
L'important n'est pas de parler fort, mais de garder une voix constante. Or, quand on parle trop haut, la voix perd de sa force.

Merci à Jean-Claude Martin, fondateur de la société " Personnalité " qui forme les dirigeants d'entreprise aux techniques de communication.
Il vient de publier "5 minutes pour convaincre "aux Editions Leduc.s, 14,90 euros.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience