Tout savoir sur le paludisme

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 18/07/2009 à 14h00 0 commentaire

Le paludisme, plus connu sous le nom de malaria (de l'italien mal'aria qui signifie mauvais air) est une maladie tropicale qui est transmise par la piqûre d'un moustique, l'anophèle, provoquant des fièvres intermittentes. Faisons le point sur cette maladie.

Selon l'OMS, la malaria tue entre 1 et 3 millions de personnes par an, principalement des enfants, elle ne dispose d'aucun vaccin à ce jour, d'où la nécessité de prendre de multiples précautions avant de vous rendre dans des zones tropicales particulièrement défavorisées d'Afrique, d'Amérique latine ou d'Asie.

L'anophèle, qui est un moustique femelle, est le vecteur de cette maladie
. Lui-même a été contaminé par un sujet impaludé, il va piquer à son tour l'homme en lui injectant le parasite sous forme de « sporozoïte » qui va rapidement se propager dans l'organisme à  travers le sang.  Dans un cas seulement, l'être humain peut être un vecteur de paludisme, quand la femme est enceinte, elle transmet la maladie à son enfant par le placenta.

La durée d'incubation de la maladie est  très rapide
. Les premiers symptômes apparaissent entre 8 et 30 jours après la piqûre : une forte fièvre se déclare s'accompagnant parfois de maux de tête, de douleurs musculaires, d'un affaiblissement, de vertiges, de diarrhées ou de toux...
Pendant les crises de paludisme, s'alternent alors des cycles de fièvre, de tremblements avec des sueurs froides et de fortes sudations.

Autres symptômes possibles :
des troubles de la conscience sont observés, les fonctions rénales sont touchées et parfois le teint devient jaune...

La malaria se traduit par un éclatement des globules rouges
et entraîne un état d'anémie chez le sujet  malade. Parfois ces globules peuvent bloquer les vaisseaux sanguins du cerveau, c'est le neuropaludisme qui peut être fatal.

Peut-on
prévenir le paludisme ? Plusieurs traitements antipaludiques à base de quinine ou de chloroquine peuvent être utilisés en prévention avant un voyage à risque. La méfloquine est utilisée dans des régions où les parasites sont résistants aux molécules citées.
 
Notre conseil 
Il est totalement déconseillé aux femmes enceintes de se rendre dans une zone à risque. Pour les autres personnes, mieux vaut s'armer de moustiquaires et de vêtements longs ainsi que de produits répulsifs...
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience