Le tabac nocif pour les poumons, même très longtemps après l'arrêt

Article par Relaxnews , le 03/09/2007 à 10h38 , modifié le 03/09/2007 à 10h51 0 commentaire

Le fait de beaucoup fumer a une incidence sur les gênes d'une personne, même longtemps après l'arrêt du tabac. C'est ce que révèle un article publié par la très sérieuse revue scientifique Nature.
Selon les auteurs de ces travaux, chercheurs au Centre de Recherche en Cancérologie de Vancouver, au Canada, leur découverte pourrait expliquer le fait que la hausse du risque de cancer des poumons soit persistance chez les anciens fumeurs, et ce pour une longue période.
Quand un fumeur stoppe la cigarette, son corps se met peu à peu à éliminer les dommages du tabac. Cependant, les auteurs de l'étude expliquent que, contrairement aux idées reçues, la "guérison" du corps n'est jamais totale. Par exemple, la santé cardiaque d'un fumeur revient rapidement à la normale, mais le risque de contracter un cancer du poumon ou de souffrir d'un emphysème, reste élevé pendant des décennies.
L'étude a consisté à suivre la santé de huit fumeurs et douze ex-fumeurs, qui avaient arrêté la cigarette depuis 1 à 32 ans. Selon leurs observations, l'expression de 124 gènes ne retournerait pas à la normale après plusieurs dizaines d'années. Or, les protéines produites par plusieurs de ces gènes seraient associées au cancer du poumon.
Cependant, le Dr. Raj Chari, qui a dirigé l'étude, rappelle que "en arrêtant de fumer, on diminue son risque de maladie". L'arrêt du tabac reste donc très fortement conseillé.
En France, 14,9 millions de personnes fument, et 100 milliards de cigarettes sont fumées chaque année.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience