Sommeil : les conseils pour bien négocier le passage à l'heure d'hiver

Article par Relaxnews , le 25/10/2007 à 00h00 , modifié le 26/10/2007 à 15h51 0 commentaire

Dans la nuit de samedi à dimanche aura lieu le passage à l'heure d'hiver. Dimanche 28 octobre, à 3 h, il sera en fait 2h. Un changement qui permettra à chacun de gagner une heure de sommeil. Conseils pour bien négocier ce passage.

Un décalage qui trouble le rythme biologique
Malgré cette perspective sympathique, la plupart des spécialistes du sommeil pointent du doigt les changements d'heure, qui ont lieu en octobre et mars de chaque année. D'après eux, cette mesure perturberait le rythme biologique des personnes, et en particulier des plus fragiles, comme les enfants et les personnes âgées. La perturbation du rythme biologique ne serait pas seulement à l'origine de troubles du sommeil, mais influerait également sur l'appétit, la capacité de travail, voire l'humeur. Cependant, le passage à l'heure d'hiver serait moins perturbant en terme de troubles du sommeil que le passage à l'heure d'été, où la nuit est amputée d'une heure.

Tout régler la veille
Les personnes très sujettes au stress peuvent se sentir angoissées par les conséquences du changement d'heure, et notamment par le fait de devoir régler l'heure de tous leurs équipements électroniques. Si la plupart du matériel (ordinateur, télévision, lecteur DVD) se règle tout seul, il peut être rassurant pour beaucoup de tout régler à l'avance. Régler l'heure la veille présente aussi l'avantage d'habituer l'organisme au changement d'heure avant même qu'il ne survienne.

S'adapter petit à petit
De nombreux docteurs et psychologues conseillent d'anticiper le changement d'horaire, en particulier pour les enfants. Le changement d'heure perturbe beaucoup leurs habitudes, et peut leur faire perdre l'appétit, ou les rendre grognons. L'idéal est de modifier progressivement le rythme d'un bébé pour lui éviter un changement trop brutal. Par exemple, en décalant de 15 minutes l'heure de réveil, de repas et de coucher d'un enfant à partir du jeudi précédant le changement d'heure, cela permettra de ne pas trop le perturber.

Se coucher plus tard
Un bon conseil pratique pour les "couche-tôt" est de se coucher plus tard (environ une heure) samedi soir. Ainsi, avec le même nombre d'heures de sommeil, ils se réveilleront sensiblement à une heure habituelle.

Que faire si on est perturbé ?
Certaines personnes ressentent une forte fatigue après un changement d'horaire, voire une sensation de malaise. Il faut alors se reposer au maximum, et surtout se forcer à adopter un rythme de vie (travail, repas, heures de coucher et de réveil) correspondant à la nouvelle heure. Les symptômes disparaîtront en quelques jours, voire quelques semaines au maximum.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience