Tout sur la DMLA : causes et conséquences

Article par Murielle GIORDAN , le 28/10/2009 à 22h00 , modifié le 29/10/2009 à 09h58 0 commentaire

La DMLA reste méconnue du public et les clichés à propos de la maladie ont la peau dure. L'heure est à la mise au point !

Cette affection oculaire (qui se déclinent en deux formes différentes) est une maladie dégénérative de la rétine et son évolution est chronique. Elle touche la région maculaire de l'œil, c'est-à-dire le centre de la rétine.

Quelles sont ses causes ?

Les femmes semblent davantage touchées par la maladie dont la cause principale est le vieillissement. Des études ont également démontré que le risque de développer la maladie était 3 à 6 fois supérieur chez les fumeurs. L'obésité est aussi un facteur de risque, tout comme une mauvaise alimentation qui peut faire développer plus rapidement la maladie. Des études récentes mettent en avant l'influence de l'hérédité. Il existerait une prédisposition génétique. Si des membres directs de votre famille sont ou ont été touchés par la maladie, faites vous suivre et n'hésitez pas à demander à votre ophtalmologue de réaliser un fond d'oeil.

Deux formes de DMLA

On distingue deux formes de DMLA : la forme sèche et la forme humide. La première (appelée aussi DMLA de forme atrophique) est la plus fréquente. Elle évolue lentement, progressivement, pour entrainer une baisse sévère de la vue. La seconde, la forme humide, se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux (dits aussi « néovaisseaux ») sous la rétine. Conséquence : une gêne dans la vision qui peut donner lieu à une perte de la vision centrale.

Halte aux préjugés !

Contrairement aux idées reçues, être touché par la DMLA ne rend pas forcément aveugle. La maladie empêche de lire, d'écrire, de conduire, mais ne nécessite pas une assistance permanente. La personne atteinte peut marcher et se déplacer seule sans aide extérieure puisque car sa vision périphérique ou latérale est souvent intacte (c'est le cas lorsque la personne est atteinte de DMLA de forme sèche). Selon les spécialistes, la forme humide de la maladie cause dans 90% des cas une cécité dite « légale », c'est-à-dire que l'acuité est inferieure à 1/10 de vue.

Les plus de 50 ans davantage touchés

Essentiellement, ce sont les personnes âgées de plus de 50 ans qui sont les plus touchées par la maladie. Plus les quinquas prennent de l'âge, plus leur macula, qui occupe le centre de la rétine, vieillit. Ce vieillissement est parfois trop rapide et la macula s'en trouve fortement affectée. Comme c'est cette partie de l'œil qui nous permet de percevoir l'image d'un objet et de transmettre la quasi intégralité de l'information visuelle traitée par le cerveau, lorsqu'elle vieillit trop rapidement elle peut faire perdre la vision centrale.

Les jeunes ne sont pas forcément épargnés

Des sujets plus jeunes (parfois de moins de 30 ans), même s'ils restent plutôt rares, peuvent aussi être atteints. Une forte myopie, qui a la particularité de beaucoup fatiguer l'œil, favorise la dégénérescence maculaire liée à l'âge. Pour prévenir la maladie, un fond d'œil réalisé par un ophtalmologue (tous les six mois ou une fois par an) est indispensable. Cet examen permet de voir si des dépôts sont visibles dans la rétine.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience