• Bien-être
  • Santé

Le sport diminue le risque de cancer du sein

Article par La rédaction avec agence , le 23/01/2006 à 10h05 , modifié le 09/02/2009 à 12h26 0 commentaire

Selon une étude, la pratique régulière d'une activité physique soutenue favorise une baisse non négligeable du risque de cancer du sein. Et même chez les populations présentant des antécédents familiaux ou d'autres facteurs de risque. Le cancer du sein représente un tiers des cancers féminins et correspond à 10.000 décès par an.

Se bouger d'une façon intensive peut réduire le risque de cancer du sein. C'est la bonne nouvelle qui ressort d'une étude réalisée en France sur 100.000 femmes. Françoise Clavel-Chapelon (directrice de recherche Inserm-Institut Gustave Roussy) et son équipe montrent que plus l'activité physique est importante et intensive, plus les risques de développer un cancer du sein diminuent.
Ainsi, chez les femmes qui déclarent 5 heures hebdomadaires ou plus d'activités de loisirs à intensité soutenue, la diminution du risque de cancer du sein est plus marquée (de l'ordre de 38%) par rapport aux femmes sans activité physique.

Jogging, natation, vélo...
Les femmes qui déclarent 14 heures ou plus de léger ménage par semaine voient une diminution modérée du risque de cancer du sein, "de l'ordre de 18%", comparée à celles n'ayant pas une telle activité, indique l'Inserm dans un communiqué.
Une activité légère nécessite une dépense d'énergie au plus égale à trois fois celle au repos (assis à ne rien faire). Cuisiner, faire du ménage léger, du yoga sont classés comme des "activités légères".
Une activité soutenue correspond au moins à six fois la dépense d'énergie au repos, par exemple le jogging (jusqu'à 8 fois l'énergie au repos), la natation (de 4 à 11 fois), le vélo (de 4 à 10 fois), les arts martiaux (10 fois), le squash (12 fois).

10 000 décès par an
Selon ces résultats publiés dans le numéro de janvier de Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention, la baisse du risque associée à une activité physique soutenue est également présente chez les femmes considérées comme "à risque de cancer du sein": en surpoids, sans enfants, utilisatrices de traitements hormonaux substitutifs ou ayant un antécédent familial de cancer du sein.
En conclusion, les auteurs soulignent que "la pratique régulière d'une activité physique soutenue favorise une baisse non négligeable du risque de cancer du sein, même chez les populations présentant des antécédents familiaux ou d'autres facteurs de risque de cancer du sein". Des résultats d'autant plus essentiels que le cancer du sein représente plus du tiers des cancers féminins et correspond à 10.000 décès par an environ.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience