• Bien-être
  • Santé

Les secrets de fabrication de l'homéopathie

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 26/09/2006 à 16h08 , modifié le 02/04/2009 à 15h29 1 commentaire

1965 : les médicaments homéopathiques ont été inscrits à la pharmacopée et sont donc contrôlés par l'Agence du médicament. Comment sont fabriquées ces fameuses petites boules blanches et quelle place occupe aujourd'hui cette médication ? Réponses.

Quelle est la composition d'un médicament homéopathique ?
Les substances ou souches de base ont trois origines : végétales (plantes fraîches sauvages cultivées dans des zones non polluées, principalement à la montagne), animales (venin de serpent, abeille) et minérales ou chimiques (phosphore, chlorure de calcium).
3000 souches existent, mais seulement 1163 sont remboursées en fonction de la fréquence d'utilisation.
Les contrôles sont stricts et le suivi de la fabrication doit être irréprochable. Elle a lieu dans un laboratoire pharmaceutique comme pour les médicaments allopathiques.

Quelles sont les différentes étapes de fabrication ?
La teinture mère
A partir des plantes fraîches d'une parfaite qualité, la teinture mère est préparée. C'est un mélange eau/alcool dans lequel les plantes macèrent le temps nécessaire à la libération des principes actifs (10 à 21 jours). Ce n'est qu'après avoir récupéré cette substance (par pressage à l'aide d'une presse hydraulique et filtrage) que la fabrication du médicament peut commencer.

La dilution et la dynamisation, des étapes importantes
Vient ensuite l'étape très importante qu'on appelle la dilution. On prend une goutte de teinture mère que l'on mélange à 99 gouttes d'alcool à 70 %. Le liquide obtenu passe à la dynamisation, c'est-à-dire qu'il est agité à raison de 150 allers-retours pendant 7 secondes. C'est la norme. Ce procédé et ses effets restent encore un mystère, mais demeure essentiel pour que le médicament acquiert ses propriétés soignantes.
Le résultat obtenu correspond à une dilution de 1 CH (Centésimale Hahnemannienne du nom de son inventeur le docteur Hahnemann). A partir de cette première dilution on refait la même opération pour obtenir la deuxième dilution, 2 CH. Cette étape peut être répétée jusqu'à 30 fois maximum pour obtenir la trentième centésimale, 30 CH.
On pourrait penser que plus il y a de dilutions moins il y a de substances actives, mais en fait en homéopathie, il n'y a pas d'effet/dose.
On choisit ensuite le taux de dilution en fonction de la pathologie à soigner. Une même substance peut avoir des effets différents selon le degré de dilution.

© Yann Geoffray
De quoi se composent les granules ?
Les granules (en tubes) et les globules (en doses) sont des petites sphères de saccharose et de lactose imprégnées de la dilution obtenue dans les étapes citées précédemment.

Quels sont les modes de conditionnement ?
Il existe une vingtaine de conditionnements possibles pour les médicaments homéopathiques : granules, globules, comprimés, crèmes, gouttes... Les granules et les globules restent les deux formes de prescription les plus couramment utilisées. Les globules, plus petits, sont principalement prescrits lors d'un traitement à prise unique.

Quelle est la place de l'homéopathie aujourd'hui dans le monde ?
Cette thérapeutique est utilisée dans 80 pays, par trois cents millions de personnes, dont cent millions en Inde. En France, 25 000 généralistes la prescrivent et en 2005, 40 % des Français utilisaient l'homéopathie. Ce chiffre stagne depuis deux ou trois ans, période à laquelle le taux de remboursement a été revu à la baisse. Cette décision aurait semble-t-il fait du tort à l'image de l'homéopathie en France.
Ce choix thérapeutique reste très familial, puisque 66 % des mères de famille y font appel. Le conseil du médecin demeure important dans la décision ou non d'utiliser l'homéopathie comme traitement. 80 % de la consommation fait suite à une prescription médicale et 20 % relève de l'automédication.

"Le dictionnaire de l'homéopathie" par le docteur Jacques Boulet, médecin généraliste et homéopathe à Paris. Editions du Rocher - 24 €
"Homéo Femme" par les docteurs Pigeot et Tétau - Hachette pratique - 12,50 €
Vous pouvez consulter le site des laboratoires Boiron.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Miss Me, le 06/08/2009 à 19h17 : Bonjour,votre article est très intéressant mais je m'attendais et j'espère que vous ferez un article sur le nom et la composition de chaque tube d'homéopathie existant ou au moins nous communiquer ces informations .

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience