• Bien-être
  • Santé

Quels sont nos vrais besoins en soleil ?

Article par , le 29/06/2012 à 17h41 , modifié le 02/07/2012 à 12h27 0 commentaire

Entre besoin en vitamines D et risque de cancer et de vieillissement de la peau, notre crème solaire n'est pas la seule réponse aux questions sur les UV. On fait le point sur le soleil !

Faut-il sortir l'ombrelle en permanence ou profiter de chaque rayon de soleil pour peaufiner son bronzage ? On fait le point avec l'aide des indications de l'Institut Français Soleil et Santé.

Le pour et le contre

Tout est question d'équilibre. À haute dose, les rayons du soleil impactent la rétine, accélèrent le vieillissement de la peau, la brûlent et provoquent la poussée de mélanome.
Ces poussées concernent notamment les parcelles de peau ordinairement à l'abri du soleil qui ont subi ou subissent des expositions périodiques intenses.
Mais à l'inverse, les rayons de soleil UVB constituent 90 à 100% de notre stock en vitamines D. L'exposition solaire joue également sur notre moral, confère de l'énergie et peut également éloigner certaines maladies. En outre, pour certains types de peaux, une exposition régulière tend plutôt à prévenir contre le cancer.

La Vitamine D, à quoi ça sert ?

Les bienfaits de la vitamine D sont nombreux. Outre son effet de fortification des os (en tant que fixatrice du calcium), il semblerait que la vitamine D agisse sur la prostate, les seins, le colon et tout le système immunitaire. D'où son rôle assez paradoxal dans la prévention de certains cancers.
Une carence en vitamine D peut provoquer ou aggraver de nombreux désagréments et maladies (ostéoporose, diabète (de type 1 et de type 2), maladies cardio-vasculaires, sclérose en plaques, lupus, tuberculose, grippe...)

Nos besoins en vitamines D varient selon divers facteurs

Une femme enceinte, un fumeur, une personne âgée, quelqu'un en surpoids, assimile moins bien la vitamine D et a par conséquent davantage besoin de s'exposer que les autres.
D'une manière générale, les études montrent que les femmes sont plus touchées par les carences en vitamine D que les hommes. Cela serait dû à une masse graisseuse plus importante.

Ainsi, des associations de santé européennes nuancent le discours de prévention généralisé, parlant d'une vraie bombe à retardement à propos des injonctions "anti-soleil". Le Pr Jean-Claude Souberbielle, Responsable du laboratoire d'hormonologie à l'Hôpital Necker, va jusqu'à conseiller une exposition d'une vingtaine de minutes aux heures chaudes de la journée, torse nu quand cela est possible,  pour engranger une dose conséquente de vitamines D. Une recommandation qui va à l'encontre des conseils ordinaires en matière de rayons UV !

Le tartinage de crème solaire d'un indice sérieux (de 30 à 50 pour une activité en plein air) reste le mot d'ordre de l'ANSM (l'Agence nationale du médicament et des produits de santé).

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience