• Bien-être
  • Santé

Protégez-vous efficacement des moustiques

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 03/05/2006 à 14h39 , modifié le 19/07/2007 à 17h32 0 commentaire

La récente épidémie de chikungunya nous a fait prendre conscience des maladies que pouvaient transmettre les moustiques, parmi lesquelles on compte également le paludisme et la dengue. Le point sur celles-ci et sur les moyens de prévention efficaces.

Le paludisme reste la maladie parasitaire la plus fréquente dans le monde. On compte 7000 cas chaque année en France et une vingtaine de décès. La maladie est transmise par la femelle moustique, de type Anophèle, lors de piqûres nocturnes.
Les signes : fièvre de 8 à 30 jours après l'infection, parfois des maux de tête, des douleurs musculaires et des vomissements.

La dengue est une maladie virale. Là, les moustiques (type Aedes) sévissent dans la journée.
Les signes : ils se manifestent très brutalement après 2 à 7 jours d'incubation par de fortes fièvres, des maux de tête, des nausées, des douleurs articulaires (coudes, genoux) et des éruptions cutanées. Cette forme classique reste plus invalidante que grave. En Europe, 2,7 % des cas peuvent se transformer en fièvre hémorragique et s'avérer mortelle.

Le chikungunya a beaucoup fait parler l'année dernière, mais il faut savoir que ce virus sévit en Afrique et en Asie du sud-est depuis fort longtemps. Le virus est transmis par les moustiques de type Aedes. Ils piquent le jour, principalement en début et fin de journée.
Les signes : l'incubation est de 4 à 7 jours, survient ensuite une fièvre brutale, des douleurs articulaires intenses (poignets, chevilles, phalanges), parfois des douleurs musculaires, des céphalées, des maux de tête et une éruption cutanée.
Il existe un risque de transmission de la maman à son foetus.
La maladie peut évoluer vers une phase chronique avec des douleurs articulaires persistantes et invalidantes.



Alors comment se protéger de ces vilaines bestioles ?
Pour ces trois maladies il n'existe aucun vaccin. Pour le paludisme, on peut prévenir la maladie avec des antipaludiques, mais ils n'assurent pas une protection totale.
C'est donc à chacun de se protéger du mieux qu'il le peut. La meilleure des protections reste sans conteste les répulsifs à appliquer directement sur la peau, les insecticides imprégnant les vêtements et les moustiquaires.
Il faut savoir que 40 % des piqûres de moustiques se font à travers les vêtements.
Dans les pays à risques la double protection peau et vêtements optimise la prévention. A condition de ne pas utiliser n'importe quel produit et de respecter le traitement.
Il semblerait que les produits contenant les principes actifs suivants soient les plus performants :
1 - Pour la peau : le Deet (le répulsif de référence), l'Icaridine (le plus efficace contre les moustiques vecteurs du paludisme).
La durée d'efficacité des sprays et autres lotions anti-moustiques dépend de la concentration des principes actifs contenus dans le produit et bien évidemment de l'environnement et du type de moustique que vous risquez de rencontrer.
Le IR3535 ou le Citriodol présentent une moindre efficacité.

2 - Pour les vêtements : la Pérmethrine.
Il n'est pas nécessaire de traiter les vêtements plusieurs fois lors d'un séjour dans une zone à risques. Après imprégnation le produit reste efficace deux mois et ce même après plusieurs lavages à 40 °, avec de la lessive et après repassage.
A noter qu'aucun effet nocif n'a été constaté pour la peau. La Pérmethrine est la seule molécule insecticide applicable sans risque sur les habits.
N'hésitez pas à demander l'avis de votre pharmacien au moment de l'achat d'un produit.

A lire :
Le guide Vidal de la santé en voyage
Un guide pratique, complet  pour voyager en toute sérenité. A glisser dans sa valise !
24 €

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience