• Bien-être
  • Santé

La migraine, une pathologie sous-estimée

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 23/11/2005 à 12h27 , modifié le 28/02/2008 à 17h14 0 commentaire

Les répercussions de la migraine sur le quotidien sont encore trop souvent sous-estimées d'où une prise en charge aléatoire. Pourtant, cette pathologie handicape réellement la vie des personnes concernées. Plurielles fait le point avec le docteur Dominique Valade, chef du service Urgences Céphalées à Lariboisière à Paris.

Des conséquences sous-estimées
Quand il parle de migraine, le docteur Valade préfère employer le terme de " maladie migraineuse ". " Le mot maladie apporte une reconnaissance de la pathologie " précise-t-il.
En effet les personnes qui en souffrent se plaignent souvent d'un manque de prise en compte non seulement de la pathologie elle-même, mais aussi et surtout des conséquences sur leur quotidien.
46 %* d'entre eux qualifient la migraine d'handicapante. L'OMS l'a d'ailleurs reconnu comme telle. " C'est quelque chose qui arrive n'importe quand, aussi bien le matin que le soir ou en pleine journée, c'est très handicapant. J'ai des fourmis dans les mains, des nausées. C'est comme une tempête sous le crâne ", constate Anne-Sophie, 27 ans. Alexandre, 33 ans, précise : " ce n'est pas une excuse bidon pour ne pas aller travailler, c'est un vrai traumatisme qui fait qu'il m'est impossible de faire quoique ce soit. "
Nombreux sont aussi les patients (44 %) qui disent avoir ressenti un manque de considération de leurs souffrances par le corps médical. " J'ai vu beaucoup de médecins généralistes qui confondent maux de tête et migraine, certains même ne me croyaient pas. Il n'existe pas de mots pour décrire l'intensité de la douleur ", confie Tiphaine, 25 ans.

Des médicaments efficaces
Dans cette prise en charge défaillante, les malades sont parfois fautifs car ils tardent trop à consulter. " Il y a comme une espèce de fatalité à avoir des migraines, remarque le docteur Valade. Pour certains patients c'est presque normal puisque toute la famille en a. Mais il n'y a aucune raison de continuer à subir les conséquences d'une migraine alors que nous avons la chance aujourd'hui de disposer de médicaments efficaces que sont les triptans. "
Il semblerait que seuls 12 % des migraineux bénéficient de ces traitements, qui pourtant ont une efficacité à deux heures et ne sont pas dangereux. Ils entraînent parfois quelques effets secondaires (somnolence, fatigue) mais le mieux-être apporté est tel que le migraineux semble prêt à passer sur certains désagréments. Il existe plusieurs types de triptans, il ne faut donc pas hésiter à demander à votre médecin de vous en prescrire un autre si celui que vous utilisez est inefficace.

Attention à l'automédication
La moitié des patients se traite par automédication, en particulier avec du paracétamol. Cela se traduit par une surconsommation de traitements non adaptés au risque de voir s'installer une céphalée quotidienne chronique.
 * enquête réalisée auprès de plus de 4000 internautes souffrant de migraines âgés de 20 à 40 ans.

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience