• Bien-être
  • Santé

La lumière pour soigner la dépression saisonnière

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 08/11/2006 à 12h30 , modifié le 11/02/2008 à 16h21 0 commentaire

La dépression saisonnière débute en général au début de l'automne et dure jusqu'en mars. Elle s'explique par une baisse d'intensité lumineuse et entraîne chez les personnes sensibles à ce manque de luminosité, tristesse, perte de désir, coups de blues, fatigue... Cette forme de dépression se traite grâce à la luminothérapie.

Qu'appelle-t-on le luminothérapie ou photothérapie ?
La luminothérapie est le premier traitement préconisé pour la dépression saisonnière. Le patient est exposé à une lumière blanche, d'une intensité de 10 000 lux (le lux/m2 est l'unité d'éclairement sur une surface), sans UV, donc sans aucun risque de coup de soleil. Par conséquent, cette lumière n'est pas cancérigène. L'intensité est forte mais reste inférieure à celle du dehors à midi en plein hiver quand il fait beau. Cela peut paraître vif au patient à 7 ou 8 h du matin (meilleure heure pour le traitement), mais c'est beaucoup moins que ce que peut supporter l'œil.

Quelle est son action ?
C'est un traitement chronobiologique (qui suit les rythmes biologiques) qui doit donc être prescrit le matin. Des études ont démontré que la lumière matinale est plus efficace. Ce qui est thérapeutique n'est pas la lumière en elle-même, car il suffirait de sortir au grand jour, c'est l'heure à laquelle elle va être programmée. Le patient s'installe devant une lampe spéciale pendant environ une demi-heure quotidiennement. La lumière arrive à la rétine qui comprend un certain nombre de cellules qui n'ont pas de fonction visuelle mais qui perçoivent le jour et l'obscurité. Ces cellules ou neurones stimulent une partie de l'hypothalamus qui est l'horloge de nos divers rythmes biologiques.
Pendant l'exposition, le patient ne doit évidemment pas s'endormir, ni mettre des lunettes de soleil, mais il n'est pas obligé de fixer continuellement l'écran, il peut lire par exemple.

Où pratiquer la luminothérapie ?
Aujourd'hui, de nombreux modèles de lampes sont en vente libre permettant ainsi de suivre son traitement à domicile. Traitement préalablement prescrit par le médecin aux personnes souffrant d'une dépression saisonnière.
C'est un traitement plus contraignant qu'un cachet d'antidépresseur à avaler, mais plus naturel. Il ne faut surtout pas arrêter les séances avant le printemps au risque de voir réapparaître la dépression. Un entretien de cinq séances par semaine peut toutefois être suffisant pour certaines personnes.
Il existe également des simulateurs de lumière de l'aube. Sur l'appareil vous programmez la durée de votre lever (un quart d'heure, une demi-heure) et votre chambre se remplit progressivement d'une douce lumière, comparable au jour qui se lève. Là encore, n'hésitez pas à demander conseil auprès d'un professionnel.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience