• Bien-être
  • Santé

Le tabac, fournisseur officiel de cancers

Article par La Rédaction avec agence , le 15/03/2012 à 09h00 , modifié le 15/03/2012 à 11h48 1 commentaire

Le tabac est la première cause de cancer en France. La fumée de cigarette provoque des cancers du poumon mais pas seulement. Elle tue les fumeurs mais aussi les non-fumeurs à cause du tabagisme passif.

Le tabac est la principale cause de décès liés au cancer en France puisqu'il fait plus de 37 000 victimes par an. Le cancer du poumon arrive au premier plan mais il n'est pas le seul. Sommes-nous tous égaux face aux risques liés au tabac ? Existe-t-il des dangers spécifiques pour les femmes ou les enfants ?

Le tabac s'attaque aux poumons... mais pas seulement
La fumée de cigarette contient plus de soixante substances cancérigènes, notamment des gaz, métaux lourds et goudrons qui sont les principaux responsables des cancers.
Logiquement, les poumons sont les premiers à en subir les dégâts. "81 % des cancers du poumon sont directement imputables au tabac", précise le pneumologue Albert Hirsch. Les substances toxiques du tabac peuvent se déposer dans le système respiratoire et sur les bronches et entraîner ainsi des cancers dits proximaux. Mais en passant dans le sang, elles peuvent également toucher tout l'organisme et favoriser le développement d'autres cancers ; on estime dès lors à 30 % l'ensemble des cancers dus au tabac. "La relation entre tabac et cancer est connue depuis les années 1950", renchérit M. Hirsch. "Le tabac est aussi à l'origine de cancers des voies aériennes supérieures, des voies urinaires, des voies digestives, du cancer du sein, du rein, de l'estomac, du pancréas, du foie, de l'œsophage ou du col de l'utérus." La fumée de cigarette ne touche d'ailleurs pas que les fumeurs. Le tabagisme passif concerne le tiers de la population et tue environ 3000 personnes chaque année en France.

Chez soi, sur son lieu de travail... La fumée de cigarette peut s'inviter dans nos narines à chaque instant et provoquer des dégâts irrémédiables. Elle augmente significativement les risques de cancer du poumon et du sinus, car la fumée inhalée par le non-fumeur est très nocive, plus riche en monoxyde de carbone, notamment. Les enfants sont les plus menacés par le tabagisme passif, car leur système immunitaire est plus perméable. Ils sont ainsi exposés à des risques de tumeur au cerveau et de lymphome.

Fumer longtemps aggrave les risques de cancer

Le risque de cancer lié au tabac est clairement proportionnel au nombre de cigarettes fumées, mais plus encore au nombre d'années durant lesquelles le patient a fumé. "La durée d'exposition au tabac est quatre fois plus importante que la quantité de cigarettes consommées", explique Albert Hirsch. "Il n'y a pas de seuil en deçà duquel la consommation de cigarettes serait sans danger. Une cigarette consommée quotidiennement sur plusieurs années peut induire un risque de cancer." Cigarette de manufacturier ou cigarette de contrebande, même combat ! "Il n'y a pas de tabac de bonne qualité", s'insurge M. Hirsch. "Toutes les cigarettes sont dangereuses !" Et nul n'est immunisé contre ses effets. "Le taux de tabagisme est pratiquement similaire entre les hommes et les femmes. La mortalité est encore plus élevée chez les hommes, mais si les chiffres sont en légère baisse pour eux, ils explosent du côté des femmes." Outre les risques de cancer, le tabac a pour effet d'affaiblir considérablement la femme face aux risques de maladies cardiovasculaires, notamment lorsqu'il est associé à une contraception orale. En revanche, la caféine associée au tabac ne joue aucun rôle aggravant dans les risques liés au cancer.

Quelles solutions anti-tabac ?
Le tabac est la première cause de mortalité évitable du cancer. L'adoption de Plans cancer a pour but d'enrayer la progression du nombre de fumeurs par des mesures d'interdictions (lieu de travail, lieux publics, vente aux mineurs), par la hausse des taxes et donc du prix du tabac, mais aussi le développement d'aides au sevrage. Substituts nicotiniques, thérapies comportementales et traitements médicaux peuvent aider le fumeur à lutter contre sa dépendance à la nicotine pour dire stop à la cigarette, mais la démarche de sevrage est difficile et les récidives fréquentes (trois fois sur quatre). Et pourtant, le jeu en vaut la chandelle car l'arrêt du tabac diminue régulièrement le risque de cancer avec le temps. Après cinq ans sans cigarette, un ancien fumeur voit le risque de cancer diminuer de moitié, tandis qu'il se retrouve au même niveau qu'un non-fumeur après quinze années d'abstinence.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • anne_l, le 15/03/2012 à 23h25 : Une autre solution anti-tabac est la cigarette électronique. J'étais moi aussi une grosse fumeuse et j'ai essayé beaucoup de choses pour arrêter mais finalement ce qui m'a aidé, c'était la cigarette électronique que chez acheté sur le site http://hd-cig.com et j'en suis vraiment satisfaite. J'ai arrêté la cigarette normale et après même la cigarette électronique. Je ne fume plus depuis des mois !

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience