• Bien-être
  • Santé

Le sommeil : une détox nécessaire pour le cerveau

Article par Lorelei BOQUET-VAUTOR , le 18/10/2013 à 10h07 , modifié le 18/10/2013 à 10h10 0 commentaire

On savait le sommeil nécessaire pour notre santé, comme pour notre bien-être. Une récente étude sur le sujet prouve que c'est aussi pendant que l'on dort que notre cerveau se libère des toxines.

Depuis des décennies, les études scientifiques sur le sujet montrent que chez les mammifères (animaux et humains), le sommeil est un facteur indispensable au bien-être du corps. Au-delà de plusieurs dizaines d'heures sans sommeil, le corps ne parvient plus à raisonner, ni même à se mouvoir. Ce n'est donc pas une innovation que de dire qu'un bon sommeil est fondamental.
Les découvertes scientifiques du moment se situent à un autre degré. En effet, comme le rapporte le magazine Science (en date du 18 octobre), le sommeil joue un rôle fondamental en ce qui concerne l'homéostasie métabolique. Quèsaco ? Un processus inné dans l'organisme qui permet le maintien constant des fluides corporels, nécessaire au bon fonctionnement du corps. Ce sont ces fluides qui permettent, entre autres choses, d'éliminer du corps, toutes les toxines qui le parasitent.
Pendant le sommeil, qu'il soit naturel ou le fruit d'une anesthésie médicamenteuse, le cerveau dégonfle et laisse la place à 60% d'espace interstitiel en plus, par rapport aux moments où le corps est en action. Cela laisse plus de place au liquide interstitiel pour « nettoyer » activement le cerveau de toutes les toxines qui l'entravent et pourraient être susceptibles de l'endommager. En l'occurrence, les β-amyloïdes (ou bêta-amyloïdes) sont détruits. Ces peptides s'avèrent néfastes pour le système nerveux car ils sont en cause dans le développement de la maladie d'Alzheimer. Face à ce genre de découvertes, le terme de « sommeil réparateur » prend tout son sens.
 

Comment programmer son corps à bien dormir ?
Bien dormir, c'est aussi une question d'habitudes. En effet, moins on dort (bien), plus il est difficile de le faire dans de bonnes conditions. De plus, si le sommeil se dérègle facilement, il est en revanche difficile à recadrer. Pour y parvenir, surtout si vous avez tendance à mal dormir, pensez « pratique » et ritualisez votre coucher. Par exemple, essayez d'aller dormir chaque soir aux mêmes horaires. Après quelques semaines, vous verrez que votre corps prendra lui-même le pas, et vous montrera des signes de fatigue un peu avant l'heure fatidique.
Limitiez progressivement les activités qui vont garder votre cerveau en alerte (sport intensif, utilisation d'écrans lumineux...). Si vous devez travailler tard, faites en sorte de vous garder un petit moment pour vous, avant le coucher. En effet, si physiquement, vous n'êtes plus à votre poste, votre cerveau lui, ne décroche pas aussi rapidement. Posez-vous et faites quelque chose qui invite à penser à autre chose (la cuisine, une activité manuelle, regarder un épisode de votre série préférée). Avant d'éteindre la lumière, répétez les gestes qui vous rassurent et vous apaisent (appliquer vos crèmes de soin, lire quelques pages...). Enfin, dormez dans une pièce exempte de bruits et de lumière, pour que votre cerveau ne soit pas perturbé et puisse travailler en paix.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience