• Bien-être
  • Santé

L'automédication : quels avantages, quels risques ?

Article par Elodie MANDEL avec agence , le 20/12/2009 à 17h55 0 commentaire

L'automédication est devenue un phénomène très répandu en France : 1 habitant sur 7 s'improvise médecin d'un jour quand il s'agit de soigner une légère toux ou un banal mal de tête... De plus, les Français sont les champions de la consommation de médicaments avec 50 boites par an et par habitant ! Mais attention, même si ce système présente des avantages, l'automédication peut être une pratique à risque... Faisons le point.

Selon le Conseil de l'Ordre des médecins, l'automédication se définit comme l'utilisation, hors prescription médicale de médicaments... Elle est conseillée quand il s'agit de traiter sur une durée très courte une pathologie légère, mais « pas d'utilisation prolongée sans avis médical », c'est ce qui est noté sur l'emballage des produits...


Avantages
Bien sûr, le principe de l'automédication a des avantages sur la dette publique en ralentissant le déficit de la Sécurité sociale : cela concerne des médicaments non prescrits et par conséquent non remboursés.
Quand elle est utilisée à bon escient, l'automédication permet de se responsabiliser vis-à-vis de votre santé en vous informant sur les propriétés des médicaments. Bien sûr, la publicité n'est pas étrangère à ce phénomène, les grosses firmes pharmaceutiques l'ont bien compris...
Le 1er juillet 2008, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a élargi la liste des médicaments qui pouvaient être achetés sans ordonnance chez le pharmacien. Pour traiter des petits symptômes, ces médicaments permettent d'agir efficacement : fièvre, toux, rhume, constipation passagère, mal de tête, contraception, boutons de fièvre, sevrage tabagique, problèmes de bouche...
De plus, ces médicaments sont des produits sûrs qui présentent un risque de toxicité très faible. Mais bien évidemment, ces risques sont quasi nuls quand la posologie est respectée et qu'ils sont pris de façon ponctuelle... Ce qui n'est pas toujours le cas pour certains, car un médicament reste un médicament, même si vous l'achetez sans prescription médicale.
Au moindre doute concernant l'un de vos produits, n'hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien... Évitez à tout prix d'utiliser des médicaments venant d'anciennes prescriptions...
L'automédication permet aussi de faire des économies sur votre budget santé, car cela évite d'avancer les frais pour une consultation médicale et de plus cela participe au désencombrement des services de soins, pour s'occuper de cas vraiment prioritaires.


Risques
L'automédication ne fait pas l'unanimité dans le corps médical. D'une part, elle ne prend pas en compte certaines allergies connues.
D'autre part, au cours d'une consultation médicale, le fait d'oublier de mentionner à votre médecin que vous avez pris certains médicaments peut provoquer un diagnostic erroné, car ceux-ci peuvent retarder certains symptômes et surtout fausser l'interprétation de résultats biologiques...
Toute consommation peut conduire à des excès. Vous pouvez penser contrôler cette automédication alors que dans certains cas, elle produit des effets secondaires qui peuvent provoquer d'autres maladies en cas de contre-indications non respectées...
Un autre problème peut aussi compliquer votre état de santé : il s'agit de l'interaction avec un autre traitement en cours... La prise d'anti-inflammatoires ou d'aspirine peut également inhiber l'action d'autres médicaments.
 
Notre conseil 
Avant de prendre un médicament, lisez bien la notice, les explications, les contre-indications et surtout respectez la posologie. Si vos troubles ne disparaissent pas au bout d'une semaine, alors consultez un médecin. 
 
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience