• Bien-être
  • Santé

Le jour où ma fille est devenue anorexique

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 12/02/2008 à 10h45 , modifié le 12/02/2008 à 10h57 4 commentaires

Valérie est la maman de Justine aujourd'hui âgée de 17 ans. A 14 ans, sa fille se trouve un peu ronde et décide de commencer un régime. Celui-ci va vite dégénérer et elle tombe dans l'anorexie. Comment accepter que son enfant se détruise, joue avec sa santé ? Comment accepter les reproches faits par sa fille ? Valérie nous confie son désarroi face à un tel mal-être.

Un régime qui dérape
A 14 ans, Justine est déjà grande, 1m73 pour 76 kgs. Pour sa taille et son âge, rien de vraiment inquiétant, si ce n'est quelques rondeurs. « C'est vrai que notre fille aimait bien manger et qu'avec mon mari nous lui faisions quelques plaisanteries sur ses formes et son appétit, mais à nos yeux ça n'avait rien de méchant, bien évidemment. » Pourtant, l'adolescente va prendre ses remarques à la lettre et après plusieurs tentatives ratées elle entame un régime qui va vite déraper, puisqu'elle décide de ne quasiment plus rien manger. « Voyant qu'après une dizaine de jours, Justine tenait toujours, je lui ai recommandé de ne pas tout supprimer dans son alimentation. Très vite, ce régime devient beaucoup trop restrictif pour une jeune fille de son âge. C'est à peine si elle mangeait des yaourts. Elle avait supprimé le goûter. Mais comme je ne la voyais que le soir, elle me disait que le déjeuner de la cantine avait été trop copieux. Je découvrirai plus tard qu'elle sautait ce repas. Souvent, elle sortait de table sous prétexte qu'elle avait beaucoup de devoirs. »
 
La découverte de sa maigreur
Pour que sa maman ne voit pas qu'elle maigrit trop, Justine ruse en mettant plusieurs couches de pulls. Ce n'est donc que lors d'une journée shopping que Valérie découvre sa maigreur en entrant spontanément dans la cabine d'essayage où se trouve sa fille. « Je lui ai immédiatement dit d'arrêter son régime. Qu'elle allait trop loin. A partir de ce jour je l'ai surveillée de près. Je pense qu'elle jetait des aliments. Puis, très vite son comportement a changé. Elle a perdu sa joie de vivre, elle ne souriait plus, devenait même agressive. L'école m'a aussi alertée de l'inquiétude de ses professeurs quant à changement. Jusqu'alors, Justine était une très bonne élève, agréable, gentille. » Ses parents font tout pour l'aider. Sa maman lui mijote ses plats préférés, mais elle refuse tout. « C'est devenu rapidement invivable à la maison, on se disputait sans cesse. Les repas finissaient systématiquement dans les larmes. »
 
Eloigner sa fille pour souffler un peu
Face au comportement de sa fille qui rejette la nourriture, Valérie décide de l'emmener chez un spécialiste des troubles comportementaux alimentaires (TCA). Dès le premier rendez-vous, le professeur pose le diagnostic. Enfin quelqu'un mettait sa fille face à son problème. « Ca lui a fait peur. Pour ma part, je pense que je ne voulais pas me l'avouer. Même si je ne m'étais jamais vraiment intéressée à l'anorexie, j'y avais pensé. A partir du moment où le professeur a prononcé le bon mot , j'ai pensé naïvement que les choses allaient s'arranger, que ma fille guérirait vite. Mais il n'y a pas de remède miracle. » Le processus est engrangé et Justine continue de se détruire. Jusqu'au point pour ses parents de penser à la faire interner dans un hôpital psychiatrique tellement elle va loin. Les TOCS (troubles du comportement) de l'adolescente s'amplifient, elle veut tout régimenter à la maison, prendre la place de sa mère, être la reine. Les médecins décident de lui poser une sonde gastrique pour la nourrir. « Nous avons vécu de terribles moments de doutes, de découragement. J'ai même pensé au suicide, j'étais à bout. Mon mari a envisagé de quitter la maison, sa fille le repoussait. Notre couple a été très ébranlé par cela, et nos deux autres filles aussi. » Perdue face à un tel mal-être, Valérie emploie des mots très durs dans le livre quand elle s'adresse à sa fille : « c'était presque la fête quand tu étais loin de nous, on vivait enfin. » Elle nous rendait la vie invivable. Ca ne pouvait plus durer. » Car après la période d'anorexie, Justine est tombée dans l'excès inverse, les crises de boulimie. Ce gavage était aussi insoutenable pour ses proches.
 
Accepter les reproches de sa fille
Dans son livre, Justine fait des reproches assez violents à sa maman sur son manque de tendresse, de câlins. On sent qu'elle en a beaucoup souffert. C'est seulement en lisant le livre que Valérie a notamment découvert ce point crucial. « Ca a été très dur pour moi. Je sais que je ne suis pas d'une nature expansive, que ce soit avec mes filles ou mon mari, mais je n'avais jamais imaginé que Justine ait pu autant en souffrir. Ce manque s'est accentué au moment de la naissance de ma troisième fille. Il est vrai que malgré tout, je faisais plus de bisous au bébé. » Ses parents n'ont également pas pris conscience que le fait d'avoir aménagé la chambre de Justine au sous-sol à l'arrivée du bébé l'a beaucoup perturbée. Et pourtant à de nombreuses reprises, elle les a alertés sur ce sujet, sur son sentiment d'être mise à l'écart, sa peur d'être toute seule. Mais ils ont pris cela pour des caprices d'adolescente. C'est hélas aussi cela qui a fait basculer cette petite fille modèle dans l'anorexie.
Aujourd'hui Justine va mieux. Le dialogue avec ses parents a repris. Valérie travaille notamment sur son manque d'expansivité. Mais elle n'en demeure pas moins inquiète quant à l'avenir. Justine ne risque-t-elle pas de rechuter ? Comment va évoluer sa petite fille de cinq ans qui a grandi dans ce climat de tension ? Seul le temps pourra y répondre.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • annonyme013, le 23/11/2011 à 15h43 : Moi aussi je suis anorexique et je pleure quand je lis ca , je connais le blog de Justine ,et ... c'est tout juste pour mettre une trace de mo passage et de mon soutien
  • annonyme013, le 23/11/2011 à 15h42 : Moi aussi je subis l'anorexie et je pleure en lisant ca .. je connais le blog de Justine ...et .. c'est tout
  • Laura, Emilie, le 19/12/2008 à 10h52 : Bonjour, Nous sommes en 1ère STSS, Nous avons un dossier sur l'anorexie à faire cette année. Et nous aimerions bien, si cela est possible, avoir plus d'informations. Merci et à bientôt.
  • Lucile, le 08/10/2008 à 11h21 : Bonjour. Je suis en premiere ST2S. Cette année nos professeurs nous ont confiés un rapport sur un sujet de notre choix! Avec deux de mes camarades nous avons choisis l'anorexie .Nous souhaiterions correspondre avec vous si cela est possible pour découvrir l'anorexie ! Merci de votre réponse a bientôt.

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience