• Bien-être
  • Santé

Interview du Pr David Khayat, auteur du Vrai régime anticancer

Article par Virginie Gonçalves , le 13/07/2010 à 10h19 , modifié le 16/11/2010 à 12h18 0 commentaire

La santé commence dans l'assiette. Rencontre avec David Kayat, auteur de Le vrai régime anti-cancer.

Notre alimentation est-elle responsable de l'apparition de certains cancers ? Et changer de comportement alimentaire permettrait-il de les éviter ? C'est aujourd'hui l'une des questions majeures qui se pose dans la recherche contre ce fléau et les réponses sont à la fois variées et contradictoires. Dans son nouveau livre, le Pr David Khayat, chef du service de cancérologie à La Pitié Salpêtrière, tente de démêler le vrai du faux et nous propose « Le Vrai Régime anticancer »*. Interview.


Cela fait 30 ans que vous travaillez comme cancérologue. Pourquoi ce livre aujourd'hui ?
Pour répondre à une vraie demande des malades que je vois au quotidien et qui sont inquiets de savoir ce qu'ils devraient manger ou éviter. Les cancérologues n'ont pas de formation sur le sujet donc je ne savais pas quoi leur répondre. Or, ils arrivaient déjà avec des réponses péchées sur internet ou dans certains ouvrages. Il y a deux ans, je me suis donc lancé dans des recherches et j'ai lu toutes les études concernant le sujet afin de voir si toutes ces affirmations étaient vraies.


Comment expliquez-vous que vos conclusions soient parfois à l'opposé de précédents livres ou études sur le même sujet ?
Ce livre reprend toutes les études faites sur le sujet jusqu'ici, il n'est donc en contradiction avec aucune étude. Mais avec des livres, si, car c'est vrai que je reviens sur des mythes ou des propositions qui n'ont jamais été prouvés.


Comment s'y retrouver parmi ces multitudes de conseils, parfois contradictoires ?

Il s'agit pour le lecteur qui se préoccupe de sa santé de faire des choix. Dans mon livre, je fais souvent référence au bon sens du consommateur. Car, parfois, la réalité n'est pas conforme aux affirmations. Si boire du vin causait le cancer dès le premier verre, il y aurait beaucoup plus de cas étant donné le nombre de consommateurs réguliers en France. Il faut donc faire le tri entre les différentes propositions avec son bon sens.


Quels seraient les conseils simples à donner à une femme perdue avec son chariot dans les allées du supermarché et qui ne sait plus quoi acheter ?

De manière générale, je conseillerais de :
- Choisir des produits artisanaux ou régionaux.
- Diversifier son alimentation, ne pas manger tous les jours la même chose.
- Diversifier ses modes de cuisson.
- Ne pas trop manger car l'embonpoint est un risque de cancer bien connu.
En rentrant un peu plus dans les détails, je lui dirais de :
- Manger de tout mais éviter certains poissons (saumon, espadon, thon rouge, flétan) car ils contiennent trop de métaux lourds et de mercure.
- Manger de la viande raisonnablement mais ne pas trop la cuire et ne pas manger le sang.
- Pour les légumes, choisir ceux qui sont meilleurs pour la santé. Par exemple, manger de la livèche (riche en quercétine) plutôt que de la laitue (trop polluée).
- Choisir son alimentation en fonction de certains facteurs de risque. Par exemple, si on est blonde aux yeux bleus et que l'on a souvent des coups de soleil, mieux vaut éviter le jus d'orange.


Justement, vous conseillez d'éviter le jus d'orange, probable responsable de l'augmentation des mélanomes. Mais cela n'a pas été vraiment prouvé. N'est-ce pas un peu radical compte tenue de sa teneur en vitamine C et de ses propriétés anti-oxydantes ? N'avez-vous pas peur d'être trop alarmiste ? De faire peur ?
Sur la question du jus d'orange, comme dans l'intégralité du livre d'ailleurs, j'utilise le conditionnel. L'étude liant le jus d'orange au développement de mélanomes a été faite sur 60 000 personnes. Ce n'est donc pas une petite étude. Et il y a aujourd'hui une véritable épidémie de cancers de la peau. Devant cette étude, je conseille donc aux personnes à risque (peau blanche, yeux clairs, tâches de rousseur, fréquents coups de soleil) de ne pas abuser du jus d'orange et de lui préférer le jus de grenade. Il s'agit d'un principe de précaution. Mais je leur dis aussi « en attendant », en attendant des études qui confirment ou infirment cette affirmation. Car tout ceci est en perpétuelle évolution et la vérité d'aujourd'hui ne sera pas forcément celle de demain.


Avoir une alimentation légèrement déséquilibrée, est-ce pour autant la garantie d'avoir un cancer ?
Absolument pas ! En matière de cancer, tout est affaire de risques : risque en plus ou risque en moins. Il n'y a rien que l'on puisse manger qui nous garantirait de ne jamais avoir un cancer, ni d'être sûr d'en avoir un !


Sur quels autres facteurs, autres que l'alimentation, pouvons-nous influer dans la prévention anti-cancer ?
- Il faut arrêter de fumer, le tabac étant responsable de 30 % des cancers.
- Après la ménopause, sauf s'il s'agit d'une ménopause pathologique, éviter le traitement substitutif, les hormones étant responsables d'un tiers des cancers.
- Se vacciner contre les agents infectieux (hépatite, papillomavirus...)
- Eviter l'exposition au soleil
- Eviter la pollution et les pesticides. Mieux vaut manger bion même s'il n'est pas prouvé que cela prévienne le cancer.


* « Le Vrai Régime anticancer », Pr David Khayat, avec la collaboration de la nutritionniste Nathalie Hutter-Lardeau, Editions Odile Jacob, Mai 2010, 19,50 €.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience