• Bien-être
  • Santé

Homéopathie : mode d'emploi

Article par Emilie RABOTTIN avec agence , le 23/09/2008 à 17h01 , modifié le 02/04/2009 à 15h28 1 commentaire

Plus d'un tiers des Français utilisent l'homéopathie pour rester en bonne santé. Cette méthode thérapeutique, parfois controversée, est pourtant utilisée depuis plus de 150 ans. Pour mieux connaître l'homéopathie, suivez le guide...

Qu'est-ce que l'homéopathie ? Si l'allopathie (médecine officielle) lutte contre les microbes, l'homéopathie a pour but de renforcer les défenses naturelles de l'organisme contre d'éventuelles défaillances ou intrusions de microbes. Cette méthode thérapeutique a été fondée au 18e siècle, et sert d'abord en médecine vétérinaire, sur les chevaux, porcs, vaches ou poulets, sans que l'on puisse invoquer l'effet psychologique sur ces animaux.

Que soigne-t-on par homéopathie ?
L'homéopathie soigne aussi bien les maladies chroniques, avec un traitement de fond, que les affections aiguës. Par son principe, l'homéopathie est aussi utilisée en prévention.
Cette méthode thérapeutique consiste à donner au patient, à doses faibles ou infinitésimales, la substance naturelle qui provoque les mêmes symptômes que la maladie. Au cours d'un traitement, ces symptômes peuvent être réactivés, avant de disparaître définitivement.
Certains homéopathes sont dits « unicistes », car ils utilisent un seul remède à la fois, tandis que les « pluralistes » en utilisent de 3 à 5. Les médicaments homéopathiques sont souvent associés aux oligoéléments et à certaines vitamines.

Quels types de traitement existent en homéopathie ?
Les médicaments se présentent sous forme de doses ou de granules, de gouttes, de suppositoires, de poudre et de pommades. Les granules ou doses se prennent sous la langue, pour que les principes actifs passent directement dans le sang.
Les dilutions vont par paliers en 5, 7, 9, 12, 15 et 30 CH. Plus les symptômes sont aigus, plus on doit utiliser une dilution élevée (15 ou 30 CH).  Dans les crises aiguës, on peut prendre 1 ou 3 granules de la même substance tous les quarts d'heure, jusqu'à amélioration. Pour un traitement de fond, les doses sont espacées dans la journée, la semaine ou le mois quand il s'agit de dilutions élevées.

Peut-on pratiquer l'automédication ?
L'homéopathe prend en compte l'individu dans sa globalité avant de s'intéresser au symptôme. Il cherche à connaître les conditions de vie et la personnalité de son patient. Pour des maladies chroniques, mieux vaut consulter un homéopathe, mais au quotidien, pour des problèmes ponctuels, on peut pratiquer l'automédication, et s'informer auprès du pharmacien.
 
Notre conseil
Il n'y a pas d'incompatibilité entre allopathie et homéopathie, sauf peut être dans le cas de la cortisone qui diminue fortement l'efficacité des traitements homéopathiques. Pour entamer un traitement de fond, il est quand même préférable de consulter un homéopathe.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Philippe BRAUN, le 24/09/2008 à 00h50 : Ceci serait à transmettre aux membres de l'Académie de Médecine qui considèrent l'homéopathie comme dénuée de tout fondement scientifique.

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience