• Bien-être
  • Santé

Les femmes et leurs règles aujourd'hui

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 28/02/2006 à 16h24 , modifié le 28/02/2006 à 16h35 0 commentaire

Jusqu'à la ménopause les règles rythment la vie des femmes. Elles sont attendues, guettées, parfois regrettées. Le vécu des cycles a évolué. Alors comment les femmes le vivent-elles aujourd'hui ? Réponse avec deux spécialistes.

Même si les femmes osent parler de leurs règles en dehors d'un cercle féminin, il semble que ce sujet intime reste tabou. Constatation confirmée par le docteur Hélène Jacquemin-Le Vern, gynécologue et psychosomaticienne à Vanves, " les femmes emploient toutes sortes de petits mots pour les designer, car je remarque qu'elles ont encore du mal à employer le bon mot. "
A noter également que beaucoup d'entre elles ne vivent pas bien cette période, puisque selon une étude* réalisée par la marque Nana, 2/3 d'entre elles modifient leur comportement. 78 % s'habillent différemment et 75 % fuient les situations câlines. 70 % des femmes utilisent des serviettes périodiques et 30 % des tampons.

Si les règles demeurent un signe important de la féminité, les femmes n'attribuent plus la même importance à la présence ou l'absence de saignements mensuels. " Il y a 30 ans, elles ressentaient le besoin d'avoir des règles, régulières et abondantes remarque le docteur Gérard Salama, gynécologue à Paris, c'était un signe de bonne santé et de fécondité future. Ce discours est dépassé, aujourd'hui elles sont heureuses d'avoir des cycles moins importants. " Ce qui prime avant tout et ce depuis la libération de la femme, c'est le confort. Une femme vit très bien le fait d'avoir des règles faibles, ce n'est pas un refus de sa féminité et bien souvent elle le recherche. Mais attention il ne s'agit pas pour autant de les supprimer totalement, même si certains (médecins, femmes) fantasment sur ce sujet. " Il existe actuellement, poursuit le docteur Salama, des discours, que je qualifierai de négationnistes, qui proclament que les règles doivent disparaître et qu'elles ne servent à rien. Non, les règles sont utiles et continueront d'exister. Le cerveau est programmé pour être cyclique et d'ailleurs, nombreuses sont les femmes qui vivraient mal le fait de ne plus avoir de règles tous les mois. Je constate que l'absence de règles réveille les inquiétudes et les vieux démons ressortent (infértilité). "

Et les hommes dans tout ça ?
Le sang fait peur aux hommes. " Il donne une puissance, un pouvoir à la femme, souligne le docteur Jacquemin Le Vern, elle perd du sang, parfois abondamment, mais ne meurt pas. " " Ils sont distants, craintifs par rapport à ce sujet, poursuit Gérard Salama, quelque part ça les gêne. Ils se sentent quand même rejetés par les femmes. Il serait temps de positiver le sujet et de leur transmettre une nouvelle perception des règles."

* enquête réalisée par Nana sur les serviettes hygiéniques auprès de 1113 femmes âgées de 15 à 25 ans.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience