• Bien-être
  • Santé

Qu'est-ce qu'un produit "bio" ?

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 06/02/2008 à 16h06 , modifié le 08/04/2009 à 11h16 0 commentaire

Consommer "bio", c'est non seulement une envie de manger plus sain, mais c'est aussi une façon de montrer son engagement dans le respect de l'environnement. L'intérêt des Français grandit sans cesse pour cette alimentation. Le point sur cet engouement.

Le principe du Bio
La base de l'agriculture biologique, c'est l'agronomie et son respect. Toutes les activités « bio » doivent respecter un cahier des charges très strict. Les agriculteurs qui ont choisi cette voie ont reçu une formation particulière et sont, pour la plupart, des gens passionnés. Et il faut l'être car cela nécessite un véritable engagement. Les méthodes de travail souvent élaborées, sont fondées sur le recyclage des matières organiques naturelles, la rotation des cultures et le bien-être animal.
 
Les Français et le bio
Depuis une douzaine d'années, le nombre d'agriculteurs bio a triplé. Par exemple en 2004, la France comptait 11059 exploitations bio, occupant ainsi 534 037 ha, soit 1,93 % de la surface agricole utile nationale.
44 % des Français ont déjà consommé au moins un produit bio. Les produits phares sont les fruits, les légumes, les œufs, le pain suivis des produits laitiers et des volailles.
86 % en ont une image positive et estiment que cette méthode contribue à préserver l'environnement.
C'est un plus pour la santé : les produits bio sont plus riches en vitamines et en nutriments (vitamine C, fer, magnésium). Ils contiennent moins d'eau et moins de matières grasses.

Les champs
- La rotation des cultures. Cultiver toujours la même chose sur une terre l'appauvrit et finit par créer des déséquilibres. Les rotations permettent notamment de repousser les mauvaises herbes, évitant ainsi l'utilisation de produits nocifs pour les éradiquer. Le sol est ainsi mieux préservé.
- La priorité est donnée aux engrais naturels, comme le fumier, et non à des engrais organiques. « Il faut savoir observer la nature pour en tirer le maximum et respecter l'équilibre des organismes vivants (bactéries, vers de terre) qui peuplent la terre » souligne Jean-Marie Vallée, agriculteur biologique en Normandie.

Les animaux
- L'agriculteur n'utilise pas d'antibiotiques pour les animaux ou alors vraiment exceptionnellement quand les autres moyens comme l'aromathérapie ou l'homéopathie ont été inefficaces.
Il faut savoir que dans l'agriculture « normale », récemment encore, on mettait systématiquement des antibiotiques dans l'alimentation des bêtes pour éviter d'éventuelles maladies. Procédé qui tend à disparaître mais qui existe toujours.
- Les animaux doivent être obligatoirement élevés dehors et disposer chacun d'une superficie minimale. Là encore, les contrôles sont stricts.
- Dans la mesure du possible, l'agriculteur doit produire lui-même la nourriture donnée à ses propres animaux (avoine, herbe, céréales...).

Les pesticides
- L'utilisation des pesticides est totalement proscrite. Pour Jean-Marie Vallée « il serait d'ailleurs temps que les pouvoirs publics prennent conscience des effets négatifs des pesticides sur l'organisme (cancer, allergie, infertilité). Nous introduisons des prédateurs naturels comme les coccinelles qui se nourrissent de pucerons. »
- Il est formellement interdit d'utiliser des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Le label
- Les saisons et le cycle de vie des plantes doivent être respectés.
- Les produits bio doivent comporter le logo vert et blanc, « AB », qui prouve que ceux-ci respectent la réglementation en vigueur. Depuis avril 2000, il existe également un logo européen (bleu et vert). Ces deux logos certifient qu'un produit est composé d'au moins 95 % d'ingrédients bio.
- Un contrôle systématique de conformité au cahier des charges est réalisé une fois par an. De plus 50 % des exploitations ont fait l'objet d'un contrôle inopiné. Chaque phase de la production est en fait minutieusement contrôlée.

Les produits
- Pour les produits transformés (fromage, jus de pommes par exemple), ils doivent aussi être fabriqués avec des ingrédients issus de l'agriculture biologique. Le stockage doit s'effectuer dans des locaux aérés et les températures limitées. Le producteur ne doit pas utiliser de conservateurs, ni d'arômes et ni de colorants.
- A noter que le lait issu de cette méthode est collecté indépendamment du lait conventionnel. La collecte s'effectue avec des citernes isothermes spécifiques.
- Le pain bio est fabriqué avec des céréales bio et du levain naturel. Sa fabrication demande deux, voire trois fois plus de temps (7 à 8 heures) qu'un pain traditionnel. Les différentes étapes étant rigoureusement respectées.
- L'eau de lavage et de rinçage des installations fait l'objet d'une grande rigueur en terme de pureté.
Pour plus d'infos sur le bio en général, vous pouvez consulter le site de l'agence bio en cliquant ici.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience