Enquête : les céréales des enfants sont-elles trop sucrées ?

Article par , le 11/03/2010 à 18h09 , modifié le 07/07/2011 à 15h14 0 commentaire

Appréciées des petits, les céréales des enfants sont aujourd'hui pointées du doigt par les nutritionnistes et les diététiciens qui dénoncent leur teneur en graisses. Que faut-il donner à manger aux enfants au petit déjeuner ?

Septembre 2009, l'association de consommateurs CLCV publie les résultats d'une étude effectuée sur une soixantaine de produits consommés par les enfants et les adolescents. L'objectif de ces travaux était de contrôler la qualité nutritionnelle des goûters et petits-déjeuners "clés en main" proposés par les industriels. Et les résultats sont sans appel.

Cette étude met en exergue la trop forte concentration en sucre ajouté des céréales pour petit déjeuner. Selon les observations des auteurs de l'étude,"les portions de 30 à 40 grammes de céréales proposées par les fabricants sont très largement insuffisantes au regard des besoins caloriques des enfants et des adolescents". D'après eux, "plus d'un quart des céréales apportent des quantités élevées de sucre ajouté".

Que faire ?

Afin de mieux alimenter ces enfants, la CLCV conseille de "ne pas choisir systématiquement les céréales les plus sucrées et de les accompagner d'autres aliments". Par exemple, "les formules associant les biscuits pour petit-déjeuner et les poudres chocolatées conduisent elles aussi à des apports en sucre excessifs", indique l'association.

Parmi les céréales de supermarché, l'étude montre par exemple que les céréales Country Crisp de Jordan's, Trésor de Kellogg's, Top Cao de Leader Price, Muesli Chocolat de Leader Price, ou encore Cruesli de Crackers et Extra de Kellogg's contiennent trop de matières grasses. De leur côté, les Chocapic de Nestlé, Frosties de Kellogg's et Smacks de Kellogg's seraient trop riches en sucres, toujours d'après les résultats de l'étude.

Concernant le goûter, l'association indique que les produits disponibles en grandes surfaces "sont loin d'être toujours sains et équilibrés, avec des apports parfois élevés en matières grasses". Il est donc recommandé de prendre un en-cas qui, en plus du produit recommandé, comporte "une boisson, un fruit et/ou un laitage".

L'association indique que ces suggestions de repas sont trop souvent présentées comme équilibrées aux consommateurs. Or, "un goûter à base de pain, de chocolat et de fruits est souvent avantageux, tant au niveau du prix que de la qualité nutritionnelle", indique-t-elle. La CLCV demande "plus de rigueur" aux professionnels.

D'après les résultats de l'Etude nationale nutrition santé 2006, 18% des enfants français sont en surpoids, et 3,5% ont dépassé le stade de l'obésité.

Conclusion : ne faites pas trop confiance aux étiquettes et sachez dire NON aux enfants !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience