• Bien-être
  • Santé

Elisa : "J'ai testé le vaccin contre la grippe aviaire"

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 07/02/2007 à 18h03 , modifié le 11/07/2007 à 17h05 0 commentaire

Il y a plus d'un an, le Centre de recherches cliniques de l'hôpital Necker à Paris lançait un appel pour recruter des volontaires pour tester un vaccin contre la grippe aviaire. Elisa, 37 ans, a accepté de se prêter à ce test. Elle nous confie les raisons de son engagement et en quoi il consistait.

Comment avez-vous eu connaissance de ce test ?
Je l'ai appris par ma mère qui travaille dans le service du Professeur Bresson à Necker. Je n'avais jamais participé à ce genre de programme. J'ai tout de suite eu confiance dans l'équipe médicale et j'ai accepté.

Qu'est-ce qui a motivé votre démarche ?
Il est évident que ce type de test est bien rémunéré (ndlr : environ 1500 €) et puis je me suis dit que si ma participation pouvait servir à quelque chose, c'était bien. C'est gratifiant de collaborer à la recherche médicale.

Quelle a été la réaction de votre entourage ?
Mes amis m'ont dit que j'étais folle, que j'allais attraper la grippe aviaire. Je savais qu'il n'y avait aucun risque. J'ai d'ailleurs essayé d'en rallier certains à ma cause, mais je n'ai eu aucune réponse positive. Les gens sont très frileux par rapport à ce sujet. Ils s'imaginent que parce que c'est bien payé, il y a un danger.

En quoi consistait votre engagement ?
Je devais m'engager sur une petite année et surtout ne pas participer à d'autres tests de ce type. Après avoir reçu une information très complète sur le protocole, j'ai donc eu une première injection et une prise de sang suivies d'un rappel quinze jours plus tard. Au bout de trois mois, on m'a refait une prise de sang pour vérifier les anti-corps, puis six mois après une dernière piqûre. Après chaque injection je devais prendre ma température matin et soir, vérifier ma peau autour de la piqûre et bien sûr noter d'éventuels symptômes. A part cela, il n'y avait aucune contrainte particulière au quotidien. Je devais juste prévenir le professeur si j'envisageais de voyager dans un pays touché par ce virus.

Avez-vous ressenti des effets secondaires ?
Non, de toute façon les risques étaient très minimes. Et je ne suis pas devenue parano en me disant que si j'avais un petit mal de tête ou de ventre, c'était obligatoirement dû au vaccin. Je n'ai ressenti aucun trouble, tout s'est bien passé.

Seriez-vous prête à renouveler cette expérience ?
Pourquoi pas ? Mais j'avoue que si j'ai accepté celle-ci, c'est parce qu'il n'y avait pas de grosses contraintes et surtout que je savais que les risques d'effets secondaires étaient quasiment inexistants. Tester un médicament avec des effets secondaires reconnus, non, je ne le ferais pas.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience