• Bien-être
  • Santé

Les différente formes de dépression

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 10/12/2007 à 14h44 , modifié le 12/02/2008 à 11h04 1 commentaire

La dépression peut revêtir plusieurs formes, donc plusieurs appellations, bi-polaire, mélancolie... Nous dressons pour vous le lexique des mots les plus souvent employés pour qualifier les troubles psychiques.

Déprime
D'un point de vue médical ce mot ne veut rien dire. Il est utilisé dans le langage courant des patients pour signifier un coup de blues, une baisse de moral.
 
Dépression
On peut parler d'état dépressif, de trouble dépressif ou de maladie dépressive. Tous ces mots sont pratiquement synonymes.
Les mots maladie et trouble renvoient à la notion de maladie.
Le mot état à la notion de durée.
La dépression c'est comme la fièvre, cela va du bénin au malin.
 
Dépression majeure
Attention ce mot n'exprime pas une dépression spécialement grave. C'est une dépression caractérisée (dont les symptômes exprimés possèdent toutes les caractéristiques de la dépression).
 
Dépression mineure
De même que pour le terme expliqué ci-dessus, cette expression ne signifie pas que la dépression n'est pas grave. Mais que les symptômes de la maladie s'expriment de façon atténuée

Dépression bi polaire
On parle beaucoup de cette pathologie que l'on appelait encore récemment le trouble maniaco-dépressif.
La personne qui souffre de dépression bi polaire présente plusieurs épisodes récurrents de dépression majeure avec alternance d'états qu'on appelle maniaques ou hypomaniaques.
En termes de symptômes, c'est une dépression que l'on dit « en miroir » : à la tristesse pathologique correspond la joie pathologique, au ralentissement psychomoteur, l'agitation psychomotrice, à l'émoussement du désir, un désir tous azimuts etc.
Le malade passe par trois phases : phase de dépression, phase d'excitation et phase où l'individu est normal et n'a aucun symptôme.
On ne connaît pas les origines de cette forme de dépression. On pourrait l'expliquer par un phénomène d'embrasement au niveau neuronal qui engendre l'apparition des symptômes.

Dépression endogène et exogène
Ces deux termes ne sont quasiment plus employés aujourd'hui.
Dépression endogène : dont l'origine vient de l'intérieur.
Dépression exogène : en réaction à un problème extérieur.

Mélancolie
C'est une dépression grave en terme d'intensité qui associe un certain nombre de symptômes, comme la douleur morale, l'idée de culpabilité importante, parfois des troubles délirants. La mélancolie est une urgence psychiatrique car le risque de suicide n'est pas négligeable.

Dépression saisonnière
La dépression saisonnière débute en général fin septembre et dure jusqu'en mars.
Son origine est due à la diminution d'intensité lumineuse. Elle se manifeste par les signes habituels d'une dépression : tristesse, perte de désir, de plaisir et de confiance, hypersomnie et prise de poids entraînée par des compulsions pour le sucré.
Une fois le printemps revenu tout rentre dans l'ordre.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Roche, le 24/01/2008 à 18h41 : Sujet depression melancolie j'ais fais deux depressions suite à des evenements de perte de personnes proches : deux frères et le restes. je ne suis pas d'accord quand vous dites que nous sommes des sujets qui risquent de tenter de se suicider. est-ce que vous savez ce que vous ecrivez , je ne crois pas que vous soyez passé par là pour en parler .......... oui on est anéanti, ma fille lucie m'a raccroché à beaucoup de choses mais pas à passer de l'autre coté. arretter de dire que les depressifs sont des suicidères.......bonne lecture

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience