• Bien-être
  • Santé

Comment devient-on cobaye de médicaments ?

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 16/01/2007 à 14h51 , modifié le 11/02/2008 à 16h20 12 commentaires

Avant qu'un médicament ou qu'un cosmétique ne sorte sur le marché, il faut procéder à des essais sur des êtres humains. Pour cela certaines personnes doivent se porter volontaires. Mais qui peut l'être ? Existe-t-il des risques à participer à ce genre de tests ? Réponses avec Jean-Louis Bresson, médecin du Centre de recherches cliniques de l'hôpital Necker à Paris.

Qui peut devenir ce que vous appelez des " volontaires sains " pour tester des médicaments ?
Les personnes adultes en bonne santé et dans certains cas, des malades.

Comment sont-elles sélectionnées ?
Principalement en fonction des objectifs et de la cible de l'étude (jeunes adultes, sujets âgés, femmes ménopausées...). Le groupe choisi pour une étude spécifique doit être le plus homogène possible (sexe, âge, état de santé).

Des enfants peuvent-ils participer à de tels essais ?
Oui, quand il s'agit d'essais de protocoles destinés à cette cible, à condition que l'étude ne comporte pratiquement aucun risque. Mais la culture française est encore un peu frileuse pour réaliser ce genre de tests sur des enfants. On remarque une très forte réticence des parents et ce, principalement, par manque d'information. Aux Etats-Unis, par exemple, c'est une pratique très courante.

Quels examens fait-on passer aux personnes sélectionnées ?
Tout volontaire passe un examen clinique complet avec un médecin, c'est une obligation légale. Certains doivent également subir un examen biologique pour vérifier l'absence d'une maladie inapparente.

Avant de donner son consentement que doit savoir un volontaire ?
La loi de 1988 sur la recherche biomédicale , remaniée en 2004, encadre la recherche dans le but de protéger les personnes qui s'y prêtent. On ne peut pas entreprendre n'importe quoi, sur n'importe qui, n'importe quand.
Les aspects scientifiques et éthiques sont contrôlés par deux comités indépendants. L'un s'occupe de la protection des personnes et juge le rapport entre bénéfices et risques, et l'autre se charge de l'aspect " validité scientifique ".
Quand on se porte volontaire, on doit obligatoirement recevoir une information complète et honnête (contraintes, risques d'effets secondaires...). Ce n'est qu'après avoir pris connaissance de celle-ci qu'on peut donner son consentement libre, éclairé (dûment informé sur l'essai) et express (avec une trace écrite). Un volontaire sain peut arrêter à tout moment son engagement, sans aucun préjudice pour lui. Dans le cas d'un volontaire malade, il est également libre de rompre son engagement sans que la qualité de son suivi médical prévu au début du test et pendant toute sa durée, n'en soit affectée.
Des sanctions pénales existent en cas de non respect de toutes ces règles.

Ces essais cliniques sont-ils rémunérés ?
Oui, ces essais cliniques peuvent être rémunérés, mais pas toujours. Lorsqu'il y a indemnité, c'est tout d'abord pour prendre en charge les frais de déplacements et éventuellement pour compenser les contraintes et les " pertes de temps ". Pour les personnes malades, cet engagement prend la forme d'un acte de solidarité, ce qui est tout à fait louable. Pour les volontaires sains, c'est différent, ils ne viennent souvent que s'il y a une indemnité financière. D'où le fait que de nombreux testeurs sont des étudiants. Pour certaines études, le dédommagement peut aller jusqu'à 1800 euros. Un montant maximum annuel (4 500 €) a été fixé par l'Etat pour éviter les dérapages et faire en sorte que certains n'essaient pas d'en vivre au dépend de leur santé. Un délai minimum entre deux tests est parfois obligatoire.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • myoko, le 22/11/2012 à 17h40 : Je souhaite devenir testeur pour faire avancer la science je suis aide-soignante
  • myoko, le 22/11/2012 à 17h39 : Tres interressant et important pour les futurs patients
  • vincent30470, le 28/09/2012 à 23h42 : Bonjour je m appelle Vincent jais 18 ans et j'aimerai devenir testeur de médicament pour aider l'avancement des recherches . combien de testeur sont sélectionner par ans ??
  • remy83, le 13/04/2012 à 08h08 : Bonjour je veux tester des medicament avec une bonne renumeration
  • pat340, le 11/04/2012 à 17h34 : J'ai 56 ans ménauposée est ce que je peux devenir cobaye de médicaments?

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience