Chirurgie de la myopie : adieu lunettes et lentilles

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 14/02/2006 à 16h04 , modifié le 11/02/2008 à 16h11 1 commentaire

L'opération de la myopie est plébiscitée par toutes celles qui se sont lancées dans l'aventure. Certaines n'hésitent pas à dire que c'est une nouvelle vie qui s'ouvre à elles depuis qu'elles ne vivent plus dans le flou. Le docteur Jean-François Montin, chirurgien à Paris, vous dévoile les secrets de cette chirurgie miraculeuse.

A quel âge et quand peut-on se faire opérer de la myopie ?
On peut se faire opérer à partir de 20 ans, moment de la vie où la myopie est normalement stabilisée. Par principe nous n'opérons pas une myopie évolutive. Nous pourrions le faire mais il faudrait ré-intervenir quelques années après.

Toutes les myopies sont-elles opérables ?
Oui, mais toutes ne le sont pas par la technique du laser, notamment les très fortes myopies.

Existe-t-il des contre-indications à l'opération par laser ?
Oui, il y a parfois des contre-indications ou des impossibilités qui sont appréciées lors des examens très précis de l'œil réalisés lors du premier rendez-vous. Je propose toujours à la personne de la voir deux fois avant de prendre la décision finale.

Comment se déroulent ses deux rendez-vous ?
Lors du premier rendez-vous, j'interroge le patient sur ses motivations. En a-t-il marre de porter ses lunettes ou de mettre ses lentilles ? Est-ce pour pratiquer un sport particulier ? Est-ce suite à la réussite de l'opération chez un proche ? Ensuite je pratique tous les examens nécessaires pour voir si l'opération est envisageable. J'explique au patient le déroulement de l'opération, l'après-opération et les complications possibles. Avant de caler le deuxième rendez-vous, environ une huitaine de jours après, je demande au patient de lire une brochure très complète sur l'intervention. Je considère que c'est la période médico-légale de réflexion nécessaire à la prise de décision finale. Ce n'est pas un acte anodin, cela reste quand même une intervention chirurgicale, qui touche de plus à ce sens si important qu'est la vue.
Au deuxième rendez-vous le patient arrive avec toutes les questions auxquelles il n'avait pas pensé la première fois. Je refais quelques examens, notamment un fond d'œil pour être sûr que tout est normal et que l'intervention peut se faire.



Comment se déroule une opération, est-ce long ?
Non, il faut compter entre 8 à 10 minutes par œil. L'opération se pratique sous anesthésie locale, grâce à des gouttes de collyre anesthésiant. Je conseille de prendre un léger décontractant le matin une demi-heure avec l'intervention. La personne ne sent absolument rien, à peine la pose de l'écarteur sur l'œil. Ensuite je procède à l'opération en elle-même avec le laser. J'opère normalement les deux yeux le même jour.

Quels sont les risques si on bouge l'oeil pendant l'opération ?
Aujourd'hui, avec le matériel dont nous disposons, il n'y a aucun risque. Durant l'intervention le patient doit fixer un point rouge, si jamais son œil bouge une caméra permet au laser de suivre ce mouvement et éventuellement de le bloquer automatiquement, et ce même si j'appuie sur la pédale pour continuer l'intervention.

Après combien de temps revoit-on correctement ?
Très rapidement, mais chaque individu réagit différemment. Tout de suite après l'opération le patient doit porter des lunettes de protection, il peut ressentir une espèce de gêne dans l'œil. Sur place il prend une petite collation puis rentre chez lui se reposer. Il commencera ensuite à mettre des gouttes d'antibiotiques et d'anti-inflammatoires. La première nuit, il est préférable qu'il porte des coques en plastique sur les yeux pour éviter de les frotter. Cette opération ne nécessite pas d'arrêt de travail, il est toutefois préférable de s'octroyer deux ou trois jours de repos.
Le lendemain on estime que le patient a retrouvé entre 60 à 75 % de la vision. La cicatrisation totale demande entre un à trois mois. Je revois le patient le lendemain de l'opération si nécessaire puis une dizaine de jours après. L'application de gouttes pour palier une sécheresse de l'œil est préconisée pendant un mois.
es complications sont extrêmement rares mais il faut savoir que cela peut arriver (cicatrisation difficile, inflammations, myopie pas totalement disparue, mais on peut intervenir à nouveau).

Cette opération peut-elle précipiter la survenue de la presbytie ?
L'opération de la myopie ne peut en aucun cas précipiter la survenue de la presbytie (dégradation progressive de la vue de près due à l'âge), ni l'empêcher. Tout le monde est concerné un jour ou l'autre par la presbytie, en général entre 40 et 47 ans.

Quel est le coût de cette opération ?
Il faut compter entre 2300 et 3500 euros pour les deux yeux. Certes, c'est un coût, mais il faut savoir qu'aujourd'hui les techniques ont encore évoluées et que l'opération se réalise en totalité avec le laser. Il y a un premier laser (dit femtoseconde ou intralase) qui découpe une fine tranche de cornée et le laser (excimer) qui traite ensuite la myopie. Cette opération " total laser " offre une sécurité maximale.
Les consultations pré-opératoires sont remboursées avec la remise d'une feuille de soins. Certaines mutuelles la remboursent partiellement.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Assas, le 10/09/2008 à 16h02 : Le docteur montin m a operé au lasik en 2001, a cause de cette opération je ne vois plus de l oeil droit meme avec des lunettes, je suis allé voir le docteur montin pour lui demander des explications, il m a diagnostiqué un keratokone, (le keratokone est contre indiqué pour l operation du lasik), il m a dit que ce n était pas sa faute et m a meme fait payer la consultation 50 euros, alors que j ai payer plus de 2000 euros pour perdre un oeil

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience