• Bien-être
  • Santé

Chirurgie esthétique low cost, faut-il avoir peur ?

Article par , le 20/03/2010 à 12h37 0 commentaire

Partir à l'étranger pour quelques jours de vacances et une opération de chirurgie esthétique, l'idée qui peut paraître saugrenue séduit pourtant de plus en plus de femmes. Enquête.

Brésil, Tunisie, en passant par l'Afrique du Sud, et les pays de l'est, de plus en plus de pays se spécialisent dans un tourisme d'un nouveau genre, le tourisme esthétique où les patients se pressent pour passer sous le bistouri à prix réduit.
Plus près de nous, la Suisse, propose maintenant des cliniques esthétiques estampillées "low-cost". Trop beau pour être vrai ?

Quels sont les risques ?

A 40 % moins chère, l'opération - si elle est financièrement intéressante, est-elle pour autant sans danger ? Les chirurgiens qui vous opèrent sont-ils aussi bien formés que les chirurgiens français ? Et les suites opératoires ? Vers qui se retourner en cas de problème ? Autant de questions que nous avons posées à la SOFCEP (société française de chirurgie esthétique)

"Si vous allez voir un chirurgien français, il examinera votre cas. Il passera au crible ce qui ne va pas.... Et il est possible qu'il propose un traitement différent de ce que vous vouliez initialement", explique le Dr Bzowski. "A l'étranger, on fait le geste chirurgical pour lequel on vient, sans l'analyser plus avant. La personne qui arrive avec une idée fausse restera avec son idée fausse."

Et après ? Si techniquement, les chirurgiens sont bien formés, et leurs techniques correspondent aux normes européennes, le problème majeur de ce type de tourisme esthétique réside surtout dans le suivi post-opératoire.

Que faire en cas de problème ?

Difficile, en cas de complications de se retourner vers chirurgien de l'autre côté de la Méditerranée ou de l'Atlantique. "Si on a un pépin une fois de retour en France, on ne sera pris en charge par personne, même pas par l'hôpital puisque la Sécurité sociale ne rembourse les frais engendrés par les complications de la chirurgie esthétique", explique le président de la SOFCEP. "Sans compter qu'il est très mauvais de reprendre l'avion juste après une opération. La probabilité de phlébite et donc d'embolie pulmonaire est donc majorée", conclut Alain Bzwoski.
Mieux vaut donc, en matière de chirurgie esthétique s'adresser à un chirurgien en France pour limiter les risques !

 

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience