• Bien-être
  • Santé

Cancer du sein : elles témoignent

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 01/10/2007 à 14h38 , modifié le 09/02/2009 à 12h23 2 commentaires

Muriel et Elisabeth, deux fidèles internautes de Plurielles.fr, ont eu un cancer du sein. Aujourd'hui elles vont bien. A l'occasion du mois du cancer du sein, elles se confient sur cette douloureuse expérience, l'annonce de la maladie, les traitements, le quotidien...

Elisabeth : « Peur de souffrir, mais pas de mourir »                  
 « J'avais 43 ans quand j'ai découvert moi-même une boule dans mon sein. J'ai tout de suite eu la certitude, mais bizarrement pas l'inquiétude, d'avoir un cancer. Je sortais d'une grosse dépression et j'avais peur de souffrir, mais pas de mourir. J'ai réalisé que le mot cancer était encore souvent synonyme de mort. Avec le recul, je suis quasiment certaine que cette tumeur résultait de l'envie de me détruire que j'avais ressentie pendant ma dépression. J'ai fait les examens nécessaires et tout de suite le radiologue m'a dit que c'était sérieux. Puis mon médecin m'a tout expliqué très clairement. Le plus dur était les trois semaines d'attente avant l'opération. J'étais très fatiguée et je ne savais pas trop comment aborder le sujet avec mon entourage.
Dès l'opération terminée, le chirurgien est venue dans la chambre et m'a demandé si j'étais prête à entendre ce qu'il avait à me dire. Mon mari et mes filles étaient présents. J'étais presque soulagée d'entendre enfin le diagnostic.  A ce moment-là, c'est mon mari qui a été le plus abattu. Heureusement, j'ai été très bien entourée et d'en parler ouvertement était très important pour moi. J'ai perdu certaines de mes amies, car elles ont été incapables de parler de la maladie.
J'ai donc suivi une chimiothérapie et de la radiothérapie. Perdre mes cheveux a été difficile à vivre, peut-être encore plus pour mon mari. J'avais des cheveux longs. Quant à la chimio, je crois que les effets secondaires que j'ai eus, étaient presque plus occasionnés par mon psychisme que par le traitement lui-même. J'étais quasiment déjà malade sur le parking de l'hôpital !
Aujourd'hui, six ans après je vais bien. Des petites choses me rappellent que j'ai eu un cancer, comme la cicatrice, mais ça ne me perturbe pas. Je pense qu'une partie de moi est morte, mais la maladie m'a tellement enrichie, je me sens vraiment plus forte.
L'écriture a été salutaire pour moi. J'avais déjà écrit un roman après ma dépression, qui avait remporté un certain succès dans ma région. Tout au long de ma maladie écrire était un besoin. J'ai fait une sorte de journal de bord, de ce que je vivais au quotidien. Ce fut une aide précieuse. »
Elisabeth a écrit un livre où elle raconte son quotidien avec la maladie. « Entre parenthèses »
Vous pouvez le commander en lui envoyant un mail à :
monnot.elisabeth@wanadoo.fr

Pour obtenir des informations sur la 14e édition de la campagne « Le cancer parlons-en » qui se déroule durant tout le mois d'octobre, vous pouvez consulter le site en cliquant ici.

 

Muriel : « J'ai pleuré pendant plusieurs jours »
« J'ai 54 ans, j'ai découvert une boule dans mon sein en janvier 2005. Bien qu'étant très informée sur le sujet, je n'ai pas pensé une seconde que je pourrais avoir un cancer. J'ai donc fait une mammographie et l'annonce du cancer m'a été faite tout de suite par le radiologue... entre deux portes. Tout s'est enchaîné rapidement, j'ai eu un rendez-vous avec le chirurgien pour une tumorectomie (ablation de la tumeur) et un curage ganglionnaire. Je suis rentrée assez rapidement à la maison et c'est là, d'un seul coup, à l'approche de la chimiothérapie, que j'ai réalisé ce qui m'arrivait et que j'ai pris un coup sur la tête. J'ai pleuré pendant plusieurs jours. J'étais pourtant très entourée par ma famille et mes amis, mais hélas rien n'y faisait. Le médecin m'a mis sous anti-dépresseurs et somnifères. Les cures de chimiothérapie ont été suivies de beaucoup d'effets secondaires, j'étais très fatiguée. Puis j'ai fait de la radiothérapie et pris un nouveau traitement. Je n'en pouvais plus de me rendre à l'hôpital.
Pendant cinq ans je dois prendre un traitement hormonal qui m'occasionne des douleurs articulaires. Si la vie reprend son cours peu à peu, il n'empêche que la maladie est en permanence présente dans mon esprit. Je fais du yoga et du qi gong pour essayer d'être mieux dans ma peau, mais c'est difficile. Certaines de mes amies ne sont jamais manifestées depuis le début de mon cancer, c'est dur à accepter. J'ai découvert que le mot cancer était encore radical pour faire le tri dans ses amis.»
 
 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Marie, le 27/11/2008 à 07h55 : Bonjour, j'ai eu un cancer, il y a 18 ans, et aujourd'hui j'ai une masse de 4 cm dans l'autre sein, la probabilité est de nouveau une tumeur maligne, je sais ce qui m'attends, mais je vais me battre comme la première fois, j'ai une pensée amicale pour tous ceux qui sont concernés par cette maladie.......
  • Stephy, le 18/11/2008 à 20h40 : Bonjour j'ai lu vos témoignages et me retrouve moi aussi j'ai eu un cancer du sein que l'on m'a décelé a trente ans . Coup de massue je ne m'y attendais pas du tout, le choc car j'ai eu un cas rare révélé seulement à histologie; MAMMECTOMIE, chimiotherapie dur dur, maintenant j'ai fait ma reconstruction et je le recommande , depuis je revis dans ce nouveau corps que l'on m'avait arraché, le regard des autres change, il faut remercier la vie car après une étape pareille on revit deux fois plus; je souhaite du courage à tous ceux qui sont actuellement en traitement et après profitez de la vie les filles;

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience