• Bien-être
  • Santé

Allergies alimentaires : où en est-on ?

Article par Nutrinews , le 17/03/2008 à 14h17 , modifié le 17/03/2008 à 14h23 0 commentaire

Depuis quelques années les allergies alimentaires sont en nette augmentation en France : elles auraient doublé en quatre ans. Si l'allergie peut apparaître à tout âge, elle reste cependant plus fréquente chez l'enfant de moins de 15 ans. L'allergie alimentaire toucherait environ 3 % des adultes et 8 % des enfants français. Le point.

Les symptômes de l'allergie alimentaire
Selon les personnes les symptômes de l'allergie peuvent être d'intensité variable et se situer à différents niveaux. On en distingue essentiellement trois sortes :
- gastro-intestinaux : nausées, vomissements, crampes, douleurs abdominales, diarrhées...
- dermatologiques : urticaire, eczéma, démangeaisons, aphtes, prurit et gonflement des lèvres...
- respiratoires : éternuements, rhinites, toux, asthme...
Les réactions se manifestent généralement très vite après avoir consommé l'aliment, de quelques minutes à quelques heures. Certaines manifestations allergiques, heureusement très rares (œdème de Quincke, choc anaphylactique) peuvent être mortelles.

Les aliments le plus souvent impliqués
De manière générale, les allergies aux aliments d'origine animale sont plus fréquentes jusqu'à l'âge de 8 ans, alors qu'après, chez les adolescents et les adultes, on rencontre davantage d'allergies aux aliments d'origine végétale.
Ainsi, en France, par ordre de fréquence, l'œuf est le premier allergène chez l'enfant (34 % des cas d'allergies), suivi par l'arachide (25 %), le lait (8 %) et le poisson (5 %). Viennent ensuite les crustacés et mollusques, et les allergènes d'origine végétale, puis le groupe des noix (noisettes, amandes...), le blé, les légumineuses (soja, lentilles, fèves...), le kiwi, la moutarde.
Chez l'adulte, les allergènes d'origine végétale occupent une place prépondérante : les fruits dits du groupe latex (avocat, banane, châtaigne, kiwi...) représentent environ 14 % des cas, suivis des rosacés (cerises, fraises, pêches, abricots...), des fruits secs oléagineux et des ombellifères (aneth, carotte, persil, fenouil...).

Les solutions
Les réactions aux aliments ne sont pas toutes d'origine allergique : il existe de fausses allergies alimentaires et des intolérances plus ou moins passagères. Le diagnostic doit donc être établi par des spécialistes. Il repose sur un interrogatoire et un examen clinique minutieux, complétés par une enquête alimentaire, des tests et des dosages sanguins.
Quant au traitement, il consistera surtout à exclure complètement de l'alimentation les aliments pouvant contenir l'allergène incriminé (d'où l'importance d'un étiquetage adapté).
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience