• Bien-être
  • Santé

0 alcool pendant la grossesse

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 12/09/2006 à 10h41 , modifié le 09/11/2006 à 12h35 0 commentaire

On ignore encore trop souvent la toxicité de l'alcool sur le fœtus. En cas de consommation régulière pendant les neufs mois de grossesse, les répercussions sur le développement de l'enfant peuvent être très importantes, jusqu'à entraîner un syndrome d'alcoolisation fœtal. Il est recommandé aux femmes enceintes de s'abstenir de toute consommation d'alcool durant toute cette période.

Consommation zéro pendant la grossesse
Aujourd'hui, faute de pouvoir quantifier une consommation d'alcool raisonnable sans effet négatif sur un futur bébé, le corps médical préfère prôner l'abstinence totale pendant toute la période de la grossesse.
En effet, il semble que boire quotidiennement de l'alcool ne soit pas sans risques pour l'enfant. Trop de futures mamans l'ignorent encore, mais tout liquide absorbé passe librement et rapidement du sang maternel vers celui du fœtus au travers du placenta.
Toutefois, avec une consommation de l'ordre de deux verres d'alcool par jour on ne parle pas de syndrome d'alcoolisme fœtal (SAF), mais il ne faut pas négliger certaines conséquences sur l'enfant telles qu'un plus petit poids à la naissance, un risque de prématurité, un retard de l'apprentissage et de la mémorisation et des troubles de l'attention.
Il faut retenir que, quel que soit le niveau de boissons alcoolisées bues durant cette période, ce comportement n'est jamais anodin.

Quand parle-t-on de syndrome d'alcoolisme fœtal ?
Ce syndrome touche près de deux naissances pour 1000 par an. Principalement dans les
régions à forte consommation d'alcool (le Nord, la Bretagne). Il s'observe chez des femmes ayant une consommation régulière de trois verres par jour durant toute leur grossesse. Mais aussi en cas d'ivresses exceptionnelles mais très importantes.
La sensibilité du fœtus à l'agression de l'alcool varie tout au long de la grossesse. C'est au cours des premières semaines de gestation que les risques se multiplient, notamment pour le cœur, les yeux et la formation des membres. Quant aux risques pour le système nerveux central, ils persistent pendant neuf mois.

Un syndrome aux conséquences physiques très caractéristiques et aux séquelles irréversibles
L'enfant est de faible poids et de petite taille. Son faciès est très caractéristique quand il est touché par ce syndrome : le nez est court et retroussé, la racine de celui-ci aplatie, les yeux petits et écartés, le périmètre crânien inférieur à la normale.
Quant aux effets sur le système nerveux ils sont de l'ordre d'un retard mental ou d'une hyperactivité.
Bien évidemment tous ces symptômes ne s'observent pas chez tous les enfants atteints d'alcoolisation fœtale.

Les effets à long terme
- La permanence du retard de croissance.
- Des troubles neurologiques : instabilité, troubles du langage, difficultés de l'apprentissage scolaire.
- Une inadaptation sociale.
- A l'âge adulte, 60 % de ces enfants développent une dépendance à l'alcool et très souvent aux drogues.

* Source des informations : Institut national de prévention et d'éducation pour la santé.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience