Présidentielles 2012 : nos conseils aux candidats pour vaincre le stress

Article par , le 03/04/2012 à 09h29 , modifié le 03/04/2012 à 14h25 1 commentaire

Le stress, le mal du siècle, n'épargne pas les candidats à la Présidentielle. Pour les aider à garder la forme et le sourire pendant la campagne, découvrez les conseils de Valérie Orsoni.

Un emploi du temps très chargé, des meetings stressants, des interviews musclées, des sondages négatifs, tout cela entraîne une importante dose de stress pour les candidats à la présidentielle, soumis à une pression exceptionnelle des semaines durant.

 

Les symptômes du stress
Qui dit stress dit respiration limitée donc ventre gonflé (eh oui, le diaphragme, ce muscle qui participe très activement à notre respiration en permettant l'inspiration lorsqu'il se contracte et l'expiration lorsqu'il se relâche). Son travail n'est pas anodin puisqu'avec un centimètre de mouvement du diaphragme, c'est un demi-litre d'air qui rentre dans les poumons ! En cas de stress, le diaphragme ne joue plus son rôle à fond, et la respiration devient superficielle (on le découvre souvent trop tard, lorsque l'on est essoufflé et que l'on est obligé de prendre une grande inspiration).
Nicolas Sarkozy à Villepinte le 11 mars 2012.
Un diaphragme moins efficace c'est un diaphragme tendu, qui comprime l'abdomen avec toutes les douleurs "de stress" dans le ventre que cela peut entraîner, le fameux ventre ballonné, très handicapant en meeting par exemple...

Pour être au top, nos candidats doivent se déstresser et réapprendre à mieux respirer en pratiquant les 2 sortes de respiration :

La respiration thoracique et la respiration abdominale. Lorsque l'on respire avec notre thorax, on inspire une petite quantité d'air, alors que lorsque l'on respire avec notre abdomen, nous inspirons beaucoup d'air, et donc une grande quantité d'oxygène. L'oxygène, justement, permet de ventiler correctement le corps, et de réduire de façon significative le stress.
La respiration abdominale, aussi appelée "respiration profonde" permet de ne pas faire travailler uniquement vos poumons, mais aussi le diaphragme et l'abdomen. Elle permet au candidat fatigué et stressé de mieux s'oxygéner. Prendre quelques minutes par jour pour s'entraîner, jusqu'à ce qu'elle devienne un réflexe.

 

Les conseils de Valérie Orsoni - parole de coach
En cas d'émotion forte

S'allonger sur le dos, les yeux fermés, les jambes fléchies et les pieds à plat sur le sol écartés de la largeur du bassin. Inspirer en 4 temps en gonflant le ventre au maximum ainsi que le thorax. Retenir quelques secondes son souffle. Expirer en 8 temps. Recommencer jusqu'à se sentir bien. On peut expirer jusqu'à 16 temps.
En cas de panique soudaine
S'asseoir et poser ses mains sur ses cuisses en gardant le dos bien droit. Inspirer et expirer doucement et profondément. En contractant le bas du ventre, expirer petit à petit, en 10 à 20 fois environ. A l'inspiration, inspirer comme si on allait prononcer le mot « so ». A l'expiration, expirer comme si on allait prononcer le mot « hum ». Continuer l'exercice pendant 10 à 15 minutes.

Le truc en plus
Le yoga respiratoire est très efficace, en cas de fort stress. On s'assied, le dos au mur, on inspire, on presse la narine droite avec le pouce droit et on expire la narine gauche. Puis on presse la narine gauche avec le majeur droit et on inspire par la narine droite. Valérie Orsoni conseille de le faire pendant 5 minutes.

Valérie Orsoni, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Un corps de rêve pour les Nuls, chez First Editions.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Potsefh132, le 03/04/2012 à 18h13 : Ah le stress

de Beauté
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience