• Bien-être
  • Nutrition

Minceur : les règles de nutrition à respecter pendant les fêtes

Article par Lorelei BOQUET-VAUTOR , le 19/12/2013 à 17h38 , modifié le 19/12/2013 à 17h41 0 commentaire

Pas facile de résister à toutes les tentations des fêtes de fin d'année. Avant le défilé des repas interminables, Plurielles.fr vous rappelle les règles de base pour conserver votre ventre plat.

Minceur et repas de fêtes de Noël peuvent aller de pair. Cela peut paraitre difficile à croire, mais on peut tout de même se faire plaisir sans en subir les conséquences sur la balance une fois les festivités terminées. Car, se faire plaisir, ce n'est pas se gaver à tort et à travers. Les excès, s'ils restent raisonnables se régulent d'eux-mêmes avec la reprise de repas moins copieux. Nathalie Négro, diététicienne et responsable du Centre Nutritionnel de Brides-les-Bains, nous aiguille sur la marche à suivre pour bien faire.
 
Si vous choisissez d'être raisonnable pendant les fêtes, commencez déjà par retenir la règle qui prévaut sur toutes les autres : aussi bon soit le met que vous dégustez, ne vous resservez pas ! Si vous faites le combo entrée + plat + dessert, servez-vous une assiette de taille normale. Vous aurez déjà bien mangé sans pour autant vous sentir mal. En revanche, si vous multipliez les recettes, diminuez déjà les doses. Concrètement, ce que vous avez dans votre assiette ne doit pas dépasser le contenu d'une assiette à gouter.
 
Il y a fort à parier que votre repas sera accompagné de plusieurs types de vin et votre dessert d'une coupe de champagne. Plusieurs verres qui, à la fin, pèsent lourd en termes de calories. A l'apéritif, préférez donc une boisson sans alcool : de l'eau pétillante citronnée, un soda light, un cocktail de fruit... Le jus de tomate est aussi une bonne option car il commencera à vous caler l'estomac. Vous serez ainsi moins tentée de piocher dans les mignardises de l'apéritif.  
 
Les repas de fêtes ont tendance à s'éterniser sur plusieurs heures. Heureux les enfants qui peuvent s'échapper de la table. Ils picorent et mangent finalement assez peu ces jours-là. Comme ce n'est pas votre cas, arrangez-vous pour vous tenir éloignée de la corbeille de pain. Quand cette dernière se trouve à notre portée, on a tendance à y plonger la main sans trop y réfléchir. Résultat ? On s'en sert pour accommoder ce que l'on mange et entre les différents plats pour faire passer le temps.
 
En France, d'autant plus quand il s'agit d'un repas de fête, il est impensable de ne pas servir une part de fromage avant le dessert. Lui-même est souvent suivi de mignardises pour accompagner le café, puis d'un digestif. De même, dans certaines régions, on intercale entre l'entrée et le plat une boule de sorbet arrosée d'alcool. En Normandie, on appelle ça « le trou normand » mais on trouve également la dénomination « coup du milieu ». Déclinez toutes les propositions intermédiaires qui ne font qu'alourdir la note calorique sans pour autant répondre à un besoin précis : la faim. Vous aurez d'autres occasions de manger un bon fromage sans que cela ne pose problème.
 
Si vous avez le choix entre plusieurs types de desserts, n'en choisissez qu'un et si possible en fonction de ce que vous avez mangé précédemment. Si le plat principal était lourd (de l'oie, du chapon, des sauces crémeuses, de la friture...), choisissez un dessert à base de fruits (une salade de fruit, un sorbet, un bavarois...). Si ce n'est pas le cas, prenez plaisir à déguster une bonne part de bûche.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience