• Bien-être
  • Nutrition

Les vertus du goûter

Article par Virginie Gonçalves , le 20/09/2010 à 14h11 , modifié le 08/04/2011 à 15h46 0 commentaire

Repas préféré des enfants, il est souvent zappé par les adultes. Et pourtant, le goûter est essentiel pour les petits et les grands. Pourquoi il ne faut pas faire l'impasse sur la pause quatre heures.

Répartir les apports nutritionnels journaliers
Plusieurs études scientifiques ont montré que la répartition des prises alimentaires était bénéfique pour l'équilibre alimentaire. Goûter serait donc un facteur permettant de lutter contre le surpoids et l'obésité. Les personnes qui goûtent régulièrement seraient ainsi moins corpulentes que celles qui zappent la pause quatre heures. En étalant la ration alimentaire quotidienne sur un repas supplémentaire, le goûter favorise un meilleur équilibre énergétique et permet d'apporter à notre corps tous les glucides, vitamines, lipides et minéraux dont il a besoin. On remplace donc nos trois gros repas par jour par quatre collations plus raisonnables.

Eviter le grignotage
Si on est souvent prise de fringales durant l'après-midi, le goûter est la parfaite alternative au grignotage fatal pour la ligne. On grignote souvent parce qu'on est stressée ou angoissée ou par simple gourmandise. On opte alors pour des aliments hyper caloriques mais pauvres nutritionnellement. Pour retrouver un certain équilibre alimentaire, on remplace ces prises alimentaires multiples par un seul repas en milieu d'après-midi. Et on ne goûte que lorsqu'on a vraiment faim et en choisissant des aliments ayant une réelle valeur nutritionnelle. C'est ainsi l'occasion d'augmenter sa ration de fruits, de légumes ou de produits laitiers.

Compenser un déjeuner trop léger
Avec nos boulots de plus en plus demandeurs, on a souvent tendance à zapper la pause déjeuner ou à avaler un sandwich sur le pouce. Résultat : pas satisfaite nutritionnellement, on est déjà affamée quelques heures plus tard et prête à se jeter sur la première sucrerie venue pour calmer notre estomac. Le goûter permet de combler un déjeuner trop léger ou pas assez nutritif et nous apporte ce dont notre corps a besoin en attendant le dîner.

Mettre fin aux dîners trop copieux
Entre le déjeuner et le dîner, il s'écoule en général entre six et huit heures. Un long intervalle qui, si on ne mange pas pendant l'après-midi, nous laisse affamée à l'heure de se mettre à table et donc prête à dévorer n'importe quoi. Or, il ne faut pas trop manger le soir. Goûter permet de couper cet intermède entre le repas du midi et du soir, de se caler pour ensuite dîner léger. Le goûter est ainsi particulièrement recommandé en cas de dîner tardif si on ne veut pas se jeter sur les apéritifs, hyper caloriques. On veille tout de même à ne pas forcer sur les quantités avalées pendant la pause quatre heures pour ne pas se couper l'appétit pour le dîner, effet contre-productif garanti.

Le goûter idéal
On concocte le menu de sa pause quatre heures selon son âge et ses besoins. Le goûter doit représenter 10 à 15 % de l'apport énergétique quotidien. Dans l'idéal, il faut mixer un produit laitier, un aliment céréalier et un fruit pour apporter calcium, glucides, protéines, vitamines et fibres nécessaires pour tenir jusqu'au dîner. On y ajoute une boisson, pas trop sucrée, pour bien s'hydrater. Par contre, on évite les aliments trop riches en graisses ou en sucres rapides (viennoiseries, sodas, barres chocolatées et certains biscuits). Mauvais pour la ligne, ils sont également moins rassasiants. On aura donc de nouveau faim très rapidement.

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience