Sport : J'ai testé un stage de self défense

Article par Anne THOUMIEUX , le 30/04/2012 à 15h54 , modifié le 30/04/2012 à 16h38 0 commentaire

Histoire de combiner dépense physique et force mentale, nous avons testé un stage de self defense : 48h pour apprendre à sauver sa peau...

Sport Self Defense Stage jour 1: pistage, confidences et entourloupes
Il s'agit d'un stage sur 2 jours de 16h de formation de 9h à 18h: le programme à l'air solide et les journées bien remplies. En arrivant au centre sportif qui héberge le séminaire, chacune se regarde timidement. Chaque fille à son histoire et certaines ont malheureusement un passif de violence. On se présente et on donne si on veut les raisons qui nous ont poussées à nous inscrire.
Ensuite, l'instructeur annonce le programme, très pratique avec un peu de théorie. On commence par une introduction sur la violence en général, sur la vision que l'on a de nous, que les autres ont de nous. Chacune note pour elle-même ces choses là : ça permet déjà de savoir où l'on en est dans le regard des autres et de prendre conscience de l'impact de notre attitude sur la perception que les autres ont de nous.
Rapidement, on enchaîne avec un exercice soft inspiré du contre espionnage : lâchées dans le centre commercial, on doit se suivre les unes les autre, apprendre à se repérer et à semer un suiveur en regardant dans les reflets des vitrines par exemple...
L'après midi, le programme se corse avec mises en situations dans un parking sous-terrain : on s'entraine à garder une distance de sécurité avec quelqu'un qui essaie de s'approcher, à garder son calme face à ce qui pourrait être une entourloupe, à déjouer les pièges de langage qui visent à nous faire baisser la garde pour nous surprendre, à croiser un inconnu de manière neutre mais confiante... Bref, des situations de tous les jours vues sous un angle sécuritaire.

Rapidement, on passe aux simulations d'agressions légères, de vol à l'arrachée. L'instructeur nous donne des astuces pour anticiper et réagir. Cela reste ludique mais chacune commence à réfléchir...A la fin de la journée, épuisée et courbatue, chacune sent remonter à la surface des questions, des angoisses. Le stage sert aussi à purger notre imaginaire et a ancrer ces situations dans la réalité.

Stage Jour 2 :
Le lendemain, le programme fait monter la pression d'un cran : il va falloir affronter des mises en situation plutôt désagréables ! A ce stade, nous sommes toutes persuadées du bien fondé de la démarche, alors on y va. Après un entraînement au coups de poings et coups de pieds, suit un entraînement au sol où l'instructeur simule une tentative de viol et nous montre comment échapper à notre adversaire, une mise en scène d'une menace au couteau et de techniques de fuite adaptée, puis on échange les rôles... Ce sont les pires situations imaginables, mais le fait de les vivre en leur donnant une issue positive incite à continuer car on sent bien qu'il vaut mieux l'avoir vécu avant...
Lors d'une partie théorique l'instructeur nous apprend que le cerveau ne fait pas la différence de ressenti entre une situation vécue et fictive : ainsi, ces mises en scène servent de programmation positive au cerveau qui, face à la menace, saura comment réagir plutôt que de nous paralyser... Essentiel ! On fini par un exercice d'attaque surprise où l'on met en pratique tout ce que l'on a appris ! Là, c'est l'instructeur qui en prend plein la figure ! Les timides se révèlent de vraies tigresses, les coups pleuvent, on se dépasse, on laisse sortir l'agressivité nécessaire à la riposte et on repart confiante : on sait que l'on a semé d'inestimables graines qui seront autant de ressources en cas de problème.

 

Les bienfaits
Indéniablement, un tel stage donne la niaque et apporte confiance en soi et meilleure maîtrise de ses émotions. Ce genre de cours permet aussi une prise de conscience en profondeur des risques que l'on peut encourir mais aussi du fait que rien n'est perdu d'avance. On nous enseigne que l'on peut vaincre un adversaire plus fort et plus grand que nous ce qui est une petite révolution concernant de nombreuses idées reçues : on revoit ses croyances et on gagne en estime de soi !

Pour qui ?
Pour celles qui ont été victime d'un acte violent pour désactiver le traumatisme et reprendre confiance en soi, pour celles qui ont subi en particulier les violences d'hommes au travail ou à la maison pour arriver à reconstruire quelque chose et à être sereine face au sexe opposé, pour celles qui veulent se prémunir des agressions en apprenant les bonnes réactions a avoir, et pour toutes celles qui veulent améliorer leur confiance en elle et apprendre à mieux gérer leurs émotions lors de conflits.

En pratique :
274€ Programme et dates : http://www.realitybasedselfdefenseacademy.com

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience