• Bien-être
  • Conseils

Tout savoir sur les troubles obsessionnels compulsifs ou TOC

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 27/07/2009 à 15h54 , modifié le 27/07/2009 à 17h25 0 commentaire

Des obsessions et/ou des compulsions qui reviennent sans arrêt sont extrêmement gênantes. Ces troubles portent un nom que l'on condense couramment sous le sigle TOC, les Troubles Obsessionnels Compulsifs. 2 % de la population en serait atteinte.

Les personnes victimes de TOC sont en souffrance : elles sont pleinement conscientes du décalage de leur attitude, mais sont dans l’impossibilité de la contrôler. Sous le coup d’angoisses, elles peuvent avoir des obsessions qui prennent le pas sur toute autre priorité que celle de se soulager rapidement. C’est ainsi qu’elles mettent en place des rituels – les fameuses compulsions - pour éviter des situations intolérables.

Il existe différentes formes de compulsions : les vérifications maladives de gaz ou d’électricité, les peurs excessives de la maladie – l’hypocondrie, les calculs mentaux répétés, la propreté abusive que ce soit la toilette ou le ménage, la répétition excessive de rituels, l’onychophagie ou autrement dit se ronger les ongles, le toucher d’objets, s’arracher les cheveux ou la trichotillomanie, se gratter, l’achat compulsif, l’anorexie et la boulimie, la kleptomanie ou l’envie irrépressible de voler, la peur maladive de conduire.

L’origine des TOC
n’est pas connue des chercheurs. On parlerait de facteurs génétiques mais ils sont peu probants. Le dysfonctionnement de certains neuromédiateurs pourrait être en cause. Il apparaît que 50 % des personnes souffrant de TOC sont atteintes avant 18 ans, en particulier lors de l’adolescence, et 60 à 70 % avant 30 ans.

Les traitements existants
peuvent être médicamenteux (antidépresseurs et anxiolytiques pour diminuer les angoisses, donc les obsessions et compulsions). La thérapie cognitive permet au patient de se confronter à ses angoisses et ses obsessions et à chercher à laisser tomber ses rituels. Des thérapies de groupe permettent aux personnes de sortir de leur honte et de leur isolement.

Notre conseil
Si le sujet est conscient de ses actes, il ressent culpabilité et honte et ne tire aucun plaisir de ses TOC. Il est indispensable de fournir de l’aide aux personnes victimes de ces troubles.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience