• Bien-être
  • Conseils

Tout savoir sur l'anorexie

Article par Amélie ERMENAULT avec agence , le 11/08/2009 à 15h36 , modifié le 09/01/2015 à 17h09 0 commentaire

Si l'anorexie - et on entend généralement par là anorexie mentale - n'est pas une maladie à proprement parler, elle est un trouble pouvant mener à une issue extrêmement grave, voire fatale. Elle ne touche pas que les stars des magazines à scandales mais beaucoup de femmes, qui vivent avec tellement de culpabilité leur mal-être qu'elles le dissimulent savamment au point que l'entourage est souvent le dernier à s'en apercevoir.

L'anorexie n'est pas une maladie mais un symptôme qui se traduit par une perte d'appétit grave et un refus de s'alimenter. L'anorexie peut en revanche cacher une maladie organique ou psychiatrique.

 

L'anorexie mentale est, quant à elle, un trouble psychopathologique qui est au contraire une lutte contre la faim. C'est généralement à ce type d'anorexie que les adolescentes et jeunes femmes sont confrontées en cas de détresse, de dépression ou de traumatisme. On parle aussi de facteurs héréditaires possibles sur le plan biologique et de troubles des neurotransmetteurs.

 

L'image du corps se trouve tronquée et la victime se lance dans une quête de la minceur excessive qui l'amène à refuser toute alimentation calorique puis à la dénutrition. Les personnes anorexiques peuvent alterner les phases de boulimie, donc de prise excessive d'alimentation de façon incontrôlée, et d'anorexie pendant lesquelles elles se font vomir, prennent des laxatifs et des diurétiques pour compenser l'apport de calories. La difficulté de diagnostiquer l'anorexie tient au fait que la personne qui en souffre, dénie la pathologie et le milieu familial participe souvent inconsciemment au cœur du problème.

 

Anorexie, amaigrissement et aménorrhée sont les trois signes qui se succèdent lors d'une anorexie mentale. Les conséquences physiques sont graves car la dénutrition extrême mène à une issue fatale dans 5 % des cas, ou aussi à une convalescence très longue (on parle de 4 ans en moyenne), à cause des effets sur le corps (hypotension, ostéoporose, arythmie, oedèmes,...)

 

Le traitement qui s'impose est une séparation du milieu familial. La personne anorexique doit réapprendre à se nourrir et être prise en charge par un psychiatre pour travailler sur les causes profondes.
 
Notre conseil                                                                                                                 
L'anorexie mentale est un trouble dont il ne faut pas amoindrir les conséquences. Il est recommandé dans la plupart des cas de réaliser une thérapie familiale pour nouer une communication différente et éliminer tout comportement aggravant.

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience