• Bien-être
  • Conseils

Qu'est-ce que la spasmophilie ?

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 29/07/2009 à 16h08 , modifié le 29/07/2009 à 16h14 1 commentaire

Picotements des lèvres ou des doigts, sentiment de vide dans la tête et de détachement du monde, douleurs de poitrines, migraines... la liste des symptômes de la spasmophilie sont nombreux. Saviez-vous que ce syndrome n'existe qu'en France ? Point sur ces crises d'anxiété qui peuvent devenir handicapantes.

En France, nous désignons sous le terme de ''spasmophilie'' un ensemble de symptômes que les sujets anxieux, voire dépressifs et hypersensibles connaissent bien : cette impression de s'évanouir, ces crispations musculaires avec tremblements, ces sensations d'étouffement, des palpitations, etc. Le corps médical ne reconnaît d'ailleurs pas la spasmophilie comme maladie, mais cela n'empêche pas de prendre au sérieux ces crises de paniques qui se manifestent par un syndrome d'hyperventilation, comme elles sont appelées hors de nos frontières.

Le mécanisme de la spasmophilie correspond à une réaction de peur. Le spasmophile ressent un signal de danger imminent - en l'absence de danger- qui se traduit par une hyperventilation. Lors d'un stress, l'individu augmente sa fréquence respiratoire dans le but de préparer une fuite. L'hyperventilation permet d'apporter un supplément d'oxygène aux muscles mais le taux de dioxyde de carbone chute. S'ensuit une foule de réactions chimiques en chaîne dans le corps. Souvent le médecin recommande de respirer dans un sac en papier : il s'agit d'inhaler du CO2 dans l'attente que le corps régule lui-même sa ventilation. Cette mesure est d'ailleurs à observer sur conseil médical uniquement.

Les crises de spasmophilie
, pour être spectaculaires, ne mettent pas pour autant les jours de la personne en danger. Des signes avant-coureurs permettent au spasmophile de sentir la crise arriver : tétanie des muscles, fourmillements, impression d'étouffement...

Le traitement de la spasmophilie
peut consister, en cas de crise importante, à injecter du calcium en intraveineuse. L'apprentissage du contrôle de la respiration peut faire partie des solutions de fond afin de limiter l'évolution d'une crise. Certains médecins soupçonnent dans certains cas des carences en minéraux, en particulier en calcium et en magnésium, qui provoque une hyperexcitabilité neuro-musculaire.
 
Notre conseil
La crise en elle-même doit être gérée dans le calme et la personne doit être isolée et calmée. Beaucoup de spasmophiles apprennent à maîtriser leur respiration dans le yoga et la sophrologie.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Mellissa, le 24/09/2009 à 22h40 : Je suis spamopophile je prefere vous dire que en ce moment je ( deguste cette maladie )en fait je suis de nature anxieuse quand j"ai perdu mon pere je tombais sans perdre connaissance ensuite le docteur a diagostique cette spasmophile pendant de nombreuse annes je pris magnesium en piqures et calcium ensuite j"ai laisse tombe marre de consulter alors ensuite un jour a cause d"un chomage je n"arrivais plus a me concentrer vide total mon bras gauche repondait plus il etait engourdi j"ai du voir un psy qui m"a dit que je faisais une depression avec le recul je me demande si j"aurais pas du traiter a nouveau la spasmpophilie aidez moi svp

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience