• Bien-être
  • Conseils

L'histoire de l'IVG

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 11/07/2009 à 14h00 , modifié le 13/07/2009 à 11h22 0 commentaire

Jusqu'en 1975, année de la loi Veil qui autorise l'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), de nombreuses femmes se sont battues pour obtenir ce droit. En France, ce sujet reste souvent tabou et soulève toujours de nombreux débats éthiques. Voici les principales étapes qui ont marqué son histoire.

Au début du siècle, l'avortement est considéré comme un crime contre l'État et les personnes qui y avaient recours encouraient même la peine de mort. Les avorteuses appelées « les faiseuses d'anges », qui aidaient les femmes à interrompre leur grossesse encouraient la même peine. Leurs techniques moyenâgeuses faisaient courir de gros risques pour la santé des femmes qui faisaient appel à leurs services...

En 1955, la législation s'assouplit légèrement et l'avortement thérapeutique
est autorisé par la loi. Avec la libération sexuelle, mai 68, l'émancipation sexuelle des femmes, les événements s'accélèrent et s'enchaînent.

Le 5 avril 1971, le nouvel Obs publie le manifeste des 343
« salopes », comme ces femmes se sont nommées elles-mêmes, qui déclarent avoir eu recours à l'avortement : Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Marie-France Pisier, Catherine Deneuve font partie des signataires... Le manifeste rassemble alors des personnalités publiques, de la littérature et du spectacle et aucune poursuite judiciaire ne sera engagée contre elles.

En juillet 1971, la célèbre avocate Gisèle Halimi
et Simone de Beauvoir créent l'association Choisir pour défendre les personnes accusées d'avortement. Et la même année, plus de 4 000 femmes manifestent dans la rue pour défendre ce droit.
En 1972 Gisèle Halimi fait acquitter une jeune femme de 17 ans accusée d'avortement.

En 1973, 331 médecins font savoir publiquement
qu'ils ont pratiqué des avortements pour faire évoluer la loi en ce sens. Simone Veil, alors ministre de la Santé, initie la loi qui libéralise la contraception le 28 juin 1974. La pilule est remboursée par la sécu et elle peut être prescrite aux mineures de façon anonyme.


La même année, des discussions très vives ont lieu à l'Assemblée
Nationale autour du projet de loi Veil qui vise la dépénalisation de l'Avortement. Après de longs débats, le projet est présenté devant le conseil des ministres le 13 novembre, puis adopté le 20 décembre par 277 voix contre 177 à l'Assemblée Nationale. Enfin, le Sénat l'adopte à 186 voix contre 88.

Le 17 janvier 1975, la loi Veil
qui dépénalise l'Interruption Volontaire de Grossesse est promulguée pour une durée de 5 ans. (En 1979, elle est reconduite définitivement).
La période légale au  cours de laquelle une femme peut avorter est fixée alors aux dix premières semaines, soit douze semaines d'aménorrhées. 

Néanmoins, la loi offre la possibilité aux médecins
ou aux hôpitaux de refuser une demande d'IVG pour éviter que cette pratique ne devienne une solution de contrôle des naissances. Elle ne doit être pratiquée qu'en cas de nécessité.
En 1982, l'IVG est totalement remboursée par la Sécurité sociale, grâce à la loi Roudy.

En 1993, la loi Neiertz crée le délit d'entrave
à l'IVG. Une peine d'emprisonnement est encourue par les personnes qui essaient d'empêcher une procédure d'IVG.
La loi du 4  juillet  2001 fixe à 12 semaines de grossesse la période légale d'avortement.
Par contre, il n'existe aucun délai pour l'avortement thérapeutique qui peut être pratiqué jusqu'au dernier mois de la gestation. Il  intervient quand des contre-indications médicales graves peuvent mettre en danger la santé de l'enfant ou de la mère (anomalie du fœtus, trisomie...) Dans ce cas, un conseil de médecins décide de l'interruption de la grossesse.

Le 4 juillet 2001, la loi Aubry,
supprime l'autorisation parentale pour les mineures et rend facultatif l'entretien pré IVG pour les femmes majeures. La prescription de la fameuse pilule RU 489 est autorisée pour les médecins de ville.

En juillet 2004,
l'IVG médicamenteuse est autorisée pour les gynécologues  et  certains généralistes pour les grossesses inférieures à 5 semaines. Les avortements à domicile deviennent codifiés par décret.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience