• Bien-être
  • Conseils

Devenir pédicure-podologue

Article par Lucie DANCOING avec agence , le 26/07/2009 à 14h00 1 commentaire

Le pédicure-podologue est un métier paramédical exercé par les femmes à 70 %. Il en existe un peu moins de 10 000 en France et le marché commence à être saturé dans certaines régions. Cela ne signifie pas pour autant qu'il faut se détourner de cette vocation si c'est la vôtre : mais la concurrence est vive.

La spécialité du pédicure-podologue est le pied : les maladies et affections qui touchent autant les ongles, que les orteils, que la peau, que le pied lui-même. Il peut à ce titre intervenir pour réaliser des semelles pour corriger des douleurs aux genoux ou au dos quand la voûte plantaire présente un déséquilibre. Les semelles orthopédiques et les orthèses mécaniques sont désormais le plus souvent conçues avec l'assistance de l'ordinateur.

Le concours d'entrée aux instituts - 9 privés pour 2 publics - est extrêmement sélectif. Selon les années, entre 5 et 10 % des candidats sont admis dans ces écoles.

Les conditions d'accès requises pour passer le concours sont l'obtention du baccalauréat, plutôt scientifique en raison principalement d'une épreuve de biologie adaptée au programme de la filière S, d'un diplôme équivalent ou d'une expérience professionnelle minimale de 5 ans. Le candidat doit être âgé d'au minimum 17 ans. 15 places par an sont décernées à des sportifs de haut niveau qui doivent en faire la demande auprès de la fédération sportive.

Trois ans d'études sont nécessaires. Les frais de scolarité sont très élevés, en particulier en raison du matériel qu'il faut se procurer. Enseignement théorique et pratique sont alternés ; des stages en milieu hospitalier et en maison de retraite occupent plus de la moitié du programme. La fin des études est sanctionnée par un diplôme d'État, délivré par la DRASS, la Direction régionales des Affaires sanitaires et sociales obtenu sur épreuves de mises en situation professionnelle et orale.

L'exercice du métier de pédicure-podologue s'effectue à 98 % à titre libéral. Il existe quelques postes en hôpital dans les services de gériatrie, rhumatologie, diabétologie et de rééducation. La Fédération nationale de podologie propose des formations continues pour se spécialiser si souhaité.

Les qualités attendues pour devenir un bon pédicure-podologue sont l'habileté manuelle, la minutie, les qualités relationnelles, la patience et la capacité à se mettre au service de ses patients tout en sachant les diriger vers des solutions satisfaisantes pour eux.
 
Notre conseil
Trouvez des informations complémentaires sur le site de la Fédération nationale de podologie : www.fnp-online.org
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Morin, le 23/08/2009 à 17h23 : Podologue de métier,et pour avoir fait une école privée complètement nulle puis une école publique à Bordeaux qui m'a sauvé du nauffrage en proposant un enseignement très convenable. Attention aux nouveaux entrants des écoles privées qui offrent un enseignement très moyen en rapport avec le prix exhorbitant qu'elles demandent. D'autant quil est très dure de se faire une clientèle

de Beauté

SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience