• Psycho
  • Mon travail

Gérer son stress avant un examen ou un entretien d'embauche

Article par Karin DANJAUME , le 28/11/2005 à 16h06 , modifié le 04/02/2009 à 11h40 0 commentaire

La période des examens approche, à moins que vous n'ayez un entretien d'embauche prochainement... Chez certains, ces situations peuvent entraîner un stress important avec des conséquences plus ou moins fâcheuses. Pourtant, s'en débarrasser est plus simple qu'il n'y paraît.

Examen ou entretien d'embauche, les causes du stress sont les mêmes : ce sont des étapes charnières dans notre vie. L'examen sanctionne une scolarité ou une formation et, tout comme, l'entretien, doit nous amener à franchir une nouvelle étape (entrée dans la vie professionnelle, sociale, changement de cadre de travail...). Mais avant cela, il nous faut être jugé et examiné sous toutes les coutures. Et c'est bien ce qui fait peur : le regard des autres sur soi. Alors que certains sont totalement galvanisés par ce genre de situations, jusqu'à en devenir performants, d'autres perdent totalement leurs moyens : angoisse latente, mains moites, gorge serrée, jambes qui se dérobent, cœur battant la chamade... Des symptômes qui peuvent être bloquants jusqu'à provoquer l'échec.



Un peu de recul ne fait jamais de mal

Pour vous aider à surmonter ce stress, outre les conseils de base : gérer son sommeil, équilibrer son alimentation, faire du sport, se relaxer etc (lien papier Laurence), il existe de nombreuses petits trucs qui peuvent vous aider.

La première chose à faire est de vous ôter de la tête qu'une "décision du jury" conditionne le reste de votre existence. On ne vous a pas retenu pour un job ? Vous avez été recalé à un oral ? Ce n'est pas forcément une remise en cause de votre être profond ! Les critiques que l'on a pu vous formuler ne sont que des éléments faisant partie d'une situation donnée à un moment précis. Elles ne seront plus forcément valables dans une autre situation. Ce n'est pas parce que vous n'avez pas été performant cette fois que vous êtes forcément nul et que votre vie est fichue... Analysez les raisons de cet échec de façon objective : avez-vous assez révisé ? Suffisamment préparé cet entretien ? Votre profil correspondait-il réellement au poste proposé ?



Et si on essayait d'être positif ?

Une fois tous ces éléments mis à plat, mettez-vous un peu au travail ! Si vous voulez réussir, il faut un mental de vainqueur. Cela peut paraître idiot, mais ce n'est pas en vous répétant : "Je suis bon à rien et ma vie est un désastre" que vous obtiendrez des résultats intéressants. A moins que vous ne préfériez rester dans un schéma négatif : l'échec peut, en effet, être rassurant, alors que la réussite provoque nécessairement des changements. Etes-vous prêt à accepter ses changements ?

Si oui, il faut vous fixer des objectifs cohérents à atteindre. Il est sûrement trop tard pour devenir danseuse étoile, en revanche, ce poste d'assistante vous irez comme un gant. Et cela tombe bien car vous avez les qualités pour ! Déterminer des objectifs précis permet de ne pas s'encombrer l'esprit avec des pensées inutiles. Vous savez maintenant ce que vous voulez et vous allez tout mettre en œuvre pour y arriver : planifier vos révisions ou préparer votre entretien en vous renseignant sur l'entreprise qui vous reçoit, les codes en vigueur dans ce secteur d'activité etc.



Pensez à une situation agréable

Une fois tout ce travail préparatoire réalisé, vous n'allez pas vous laisser entraver par une petite angoisse paralysante ! Si près du but, ce serait dommage. A l'approche d'une échéance marquante, si vous êtes coutumier du fait, évitez de vous remémorer des souvenirs négatifs du type : "La dernière fois, je suis resté muet, je n'ai pas été capable de répondre".

Pensez plutôt à une situation agréable où tout allait bien pour vous et où vous vous sentiez en pleine possession de vos moyens. A chaque fois que vous sentez votre esprit partir vers des pensées sombres, collez cette image positive dessus. Le but est de sortir du cercle vicieux qui fait qu'en anticipant une situation négative, on la crée de toute pièce. Pour vous aider, il existe des techniques de visualisation (comme la PNL), de respiration ou de relaxation très efficaces qui vous aideront à évacuer l'angoisse qui pointe son nez.

Si le problème est vraiment persistant, vous pouvez envisager une thérapie comportementale. Les différentes méthodes proposées permettent d'obtenir des résultats efficaces très rapidement.



PNL

La programmation neurolinguistique a été créée aux Etats-Unis dans les années 70. Cette méthode de communication a pour objectif la modification de nos modes de pensée et opératoires lorsqu'ils sont négatifs. Le but étant de prendre conscience de nos capacités personnelles et de les optimiser au maximum. En PNL, on ne cherche pas à analyser mais on agit. Le travail englobe des techniques de visualisation et un travail sur les profils communicationnels et linguistiques de chacun.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience