Témoignages : profession gaffeuse

Article par Clémence ORCEL , le 27/07/2009 à 15h41 , modifié le 08/09/2009 à 17h57 0 commentaire

Marie-Line, Ariane et Maéva sont des spécialistes des gaffes en tous genres, elles n'ont pas peur de le dire ! Leurs témoignages s'accordent sur un point : pas toujours facile de faire avec...

Marie-Line, 39 ans : la pro de la chute
"Dans une autre vie, je devais être cascadeuse ! Je passe mon temps à tomber, à me cogner, à glisser, à rater une marche, etc. Perchée sur mes hauts talons, je pose toujours le pied là où il ne faut pas. Des exemples ? L'année dernière, en pleine messe de Noël, je me suis pris les pieds dans le tapis de l'allée centrale au moment d'aller communier. Résultat : je suis tombée aux pieds du prêtre. Au mariage de ma sœur, il y a deux ans, j'ai raté une marche et j'ai fini étalée dans les graviers, la jupe relevée. Au bureau, je me prends régulièrement les pieds dans les fils de mon ordinateur et je manque (ou réussis) à chaque fois de me retrouver sur le sol. Un vrai cheval à bascule !"

Ariane, 32 ans : la reine des gros mots

"Malgré une éducation assez stricte, j'ai très vite pris la mauvaise habitude de jurer. Adolescente, je me faisais tout le temps enguirlander par mes parents qui n'en pouvaient plus d'entendre des "Merde !" ou des "Putain !" à longueur de journée. Aujourd'hui encore, j'ai du mal à me retenir, les mots sortent tous seuls ! Je travaille dans une agence de pub et il m'arrive encore de jurer pendant une présentation, devant un client ou mes patrons. Ca ne fait pas bonne impression, je reçois des regards réprobateurs qui me font perdre toute confiance en moi. Et le pire c'est que plus j'essaie de me contenir, plus les gros mots fusent..."

Maéva, 17 ans : l'éternelle gaffeuse
"Dans mon bahut, je suis connue pour ça. Je passe mon temps à dire des choses sans réfléchir aux conséquences. Il m'est arrivé de faire de la peine à mes amis sans le vouloir, de dévoiler certains secrets que je devais pourtant bien garder. En classe, je réponds aux professeurs, j'ai toujours la répartie qu'il faut, ils pensent que je fais ma maline, mais en fait les mots s'échappent de ma bouche. Je sais que cela paraît voulu, mais c'est une sorte de reflexe chez moi, que j'ai du mal à contrôler. Il faut que je me démarque, que j'aie toujours quelque chose à raconter. Du coup, certaines personnes me tournent le dos et ça me rend triste, je voudrais changer."
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience