Reconversion de Pauline : passer du marketing à la sculpture

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 06/11/2006 à 10h10 , modifié le 06/06/2008 à 18h33 0 commentaire

Laisser son emploi pour se consacrer à sa passion caresse l'esprit de beaucoup d'entre nous. La décision n'est toutefois pas facile à prendre. Pauline Baste Morand l'a fait il y a plusieurs mois et nous raconte sa reconversion.

 La reconversion professionnelle est une expérience inédite. Témoignage de Pauline Baste Morand.

Pauline Baste MorandQuand avez-vous décidé de vous consacrer à la sculpture ?
C'était au printemps dernier. Cela faisait 15 ans que je travaillais pour le service marketing d'une entreprise de parapharmacie quand un plan de restructuration m'a donné l'occasion de me lancer. Je me suis dit : " c'est maintenant ou jamais ".

Depuis quand sculptez-vous ?
Le monde artistique a toujours fait partie de mon univers, puisque qu'après avoir suivi les arts appliqués, je me suis tournée vers le stylisme de mode. J'ai ensuite bifurqué vers le marketing. Il y a 16 ans, une copine m'a parlé d'un prof' qui animait un atelier de sculptures tous les samedis. Elle a ajouté : " Je ne sais pas si tu vas aimer car il ne dit pas un mot ! " Moi, c'est aussi cela qui m'a plu. Je suis devenue assidue à cette séance hebdomadaire. Puis la sculpture a pris de plus en plus de mon temps. J'ai aussi commencé à travailler d'autres matériaux, tels le bronze.


Effectivement, vous touchez à la terre, au bronze, à la ferraille, à la résine, au plâtre... Est-Oeuvre de Pauline Baste Morandce par envie de toucher à tout ? 
Je ne recherche pas tel ou tel matériau, il se définit tout seul pour une œuvre en particulier. Chaque matière est une invitation à apprendre. Mes œuvres cohabitent bien et j'en travaille plusieurs parallèlement. Le thème commun à mes créations, c'est l'être humain.

Les exposez-vous ?
Oui, parfois. J'ai organisé ma première exposition car j'avais accumulé trop de choses ! J'ai montré mes créations et plusieurs personnes ont eu envie de les acheter pour vivre avec. Ça a été très réconfortant.

Pouvez-vous vivre de votre art ?
Pas encore. Je ne renie pas mon ancienne profession, mais sortir une nouvelle marque de Oeuvre de Pauline Baste Moranddentifrice ne me satisfait plus. La sculpture et le marketing sont deux domaines aux antipodes ! La vie que je mène aujourd'hui est celle qui donne le plus de sens à mon existence. Pour le moment des propositions sont en cours et les choses se mettent en place. Il est encore top tôt pour savoir si je vais pouvoir vivre de cette passion, mais je suis certaine que si il y a une aventure que je dois tenter dans ma vie, c'est celle là.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience