• Psycho
  • Fiches Pratiques

Tout savoir sur la susceptibilité

Article par Emilie RABOTTIN avec agence , le 23/05/2009 à 08h31 , modifié le 26/05/2009 à 19h02 2 commentaires

Un mot de trop et l'amour-propre du susceptible part en vrille. Vexée, offensée, la personne sort les griffes. Peut-on guérir de la susceptibilité ? Existe-t-il des astuces pour mieux vivre avec ?

La susceptibilité est une souffrance pour la personne dont l'émotivité surgit au détour d'un mot jugé trop vif. L'entourage peut aussi se lasser de devoir toujours "marcher sur des œufs". Heureusement, il est possible d'apprendre à apprivoiser la susceptibilité, avec patience, pourvu que l'on s'y prenne avec cœur et simplicité.

À quoi correspond la susceptibilité ?
Une personne jugée susceptible est une personne qui réagit vivement à ce qu'elle a jugé comme une attaque personnelle. Le susceptible peut manifester sa blessure de façon différente, par des justifications, des retours de propos vifs ou une fermeture brutale de communication. Manque de confiance en soi, blessures narcissiques d'enfance, sensibilité extrême à ce que pensent les autres de soi, telles sont les racines de la susceptibilité.

Comment gérer sa susceptibilité ?
Cet attribut étant souvent donné par l'interlocuteur blessant à la vue de la personne réagissant à son propos, le tout est de savoir si cette situation se répète souvent et avec des interlocuteurs différents. Si oui, il est temps d'accepter sa susceptibilité. Une fois la chose reconnue, toute résistance est levée et le changement peut commencer.

Avouer sa tendance susceptible à des personnes de confiance est libérateur et encourage l'entourage à prendre des précautions pour ne pas blesser. L'instauration d'une réciprocité de confiance sur les intentions de chaque partie permet de limiter les incompréhensions.

En prenant un peu de recul, une personne susceptible peut s'appliquer à réfléchir aux intentions de son interlocuteur, se demander pourquoi ses propos sont blessants et si la cause n'appartient pas à une autre histoire. En évitant de réagir à vif, le message peut être largement relativisé.
 
Notre conseil
Comme tout ce qui fait souffrir, si votre susceptibilité vous gâche la vie et vous joue des tours dans votre vie sociale, n'hésitez pas à demander le conseil d'un thérapeute pour vous aider à changer.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Tata yoyo, le 28/10/2009 à 12h04 : Parfois , il vaut mieux etre seule que mal accompagnée..... car cet homme n'est pas bienveillant à votre égard, vous fait souffrir, el sait et ne change rien pour moi c'est bye bye amitiés
  • Marest Christine, le 11/08/2009 à 11h47 : L'article est très intéressant, mais je voudrais en savoir davantage. Depuis bientôt 4 ans, je vis une grande histoire d'amour partagée avec un homme de 71 ans d'une extrême susceptibilité. J'ai surmonté 3 crises non sans mal, mais ce 4 ème mur de silence qui dure depuis un mois me semble insurmontable. Je ne sais plus que faire. J'attends vos conseils avec impatience et vous en remercie d'avance. Christine ( 67 ans LYON)


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience