• Psycho
  • Fiches Pratiques

Témoignages : "je me fais des films !"

Article par Amélie ERMENAULT avec agence , le 19/03/2010 à 18h30 0 commentaire

Vous avez une propension naturelle à faire de votre vie un film en imaginant à chaque fois toutes sortes de scénarii différents dignes d'un film d'espionnage? Quelques témoignages.

Il y a dans l'art de "se faire des films" une volonté d'échapper au réel et les personnes qui ont ce penchant vivent souvent seules. Il y a surtout une perte de contact avec le monde extérieur et la réalité.

"Moi j'ai tendance à m'imaginer tout le temps mille et un scenarios improbables avec les hommes... Et pourtant je ne suis pas irréaliste au point de ne pas me rendre compte que je me fais des films, j'ai bien conscience du caractère impossible de ces histoires" raconte Carole.
La plupart des personnes qui se "font des films" restent assez clairvoyantes car elles sont conscientes du caractère irréel des histoires qu'elles s'inventent.

"Lorsque j'étais étudiante je suis tombée amoureuse de mon professeur plus âgé que moi... J'interprétais ses sourires comme la naissance de sentiments amoureux à mon égard, alors qu'il se montrait tout simplement courtois et aimable... Inutile de préciser que je n'étudiais pas beaucoup la matière en question... Je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer ce que serait ma vie avec cet homme, j'imaginais notre vie commune, notre maison, nos futurs enfants, je partais vraiment dans un délire fou..." raconte Marie-Pierre.

Ce penchant peut également entraîner des tendances paranoïaques en imaginant à chaque fois les pires catastrophes...
Pour Claire, "que ce soit pour moi ou mes proches, je vais toujours imaginer les pires événements les concernant... Un enlèvement si ma fille a du retard, un accident de la route, le crash d'un avion si nous partons en vacances... Je m'empoisonne l'existence sans raisons..." 
 

Notre conseil 

La solitude est souvent à l'origine de ce "mal", un manque d'affection, un attachement excessif aux autres dès qu'ils manifestent un peu d'attention à votre égard... Ce cercle vicieux n'est pas une fatalité, à condition d'en prendre conscience et de se donner les moyens d'en sortir.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience