• Psycho
  • Fiches Pratiques

Le syndrome de Peter Pan

Article par Margaux BURIDARD avec agence , le 06/07/2009 à 16h18 , modifié le 06/07/2009 à 17h45 0 commentaire

L'enfance est parfois difficile à quitter. Certains enfants en ont l'angoisse profonde et certains adultes s'y attardent plus longtemps que leur corps ! Cela porte un nom : le syndrome - ou complexe - de Peter Pan.

Si le père de Peter Pan est l'écrivain Sir James Matthew Barrie, le père du syndrome est le psychanalyste Dan Kiley qui a publié un ouvrage de ce nom en 1983.

L'apparition
du syndrome de Peter Pan se produit souvent au moment où l'adulte qui devrait émerger se trouve retenu dans l'enfance par peur des responsabilités qui viennent avec la maturité.

La cause
serait un traumatisme affectif vécu pendant l'enfance qui amènerait le sujet à une immaturité affective et une difficulté à entrer en empathie. Syndrome d'abandon, blocage émotionnel, angoisse et décalage par rapport au réel, incapacité à comprendre l'amour désintéressé, voilà les différentes manifestations du syndrome de Peter Pan.

La conséquence
dans la vie de couple est une souffrance pour les deux parties : partenaire incomprise, faisant des demandes qui font monter l'angoisse de devoir prendre une responsabilité ou de donner une réponse inadéquate. La personne en proie au syndrome de Peter Pan finit par se sentir injustement traitée et trouver la partenaire exigeante voire méchante. La personne fuit le réel - c'est l'envol de Peter Pan - et s'isole dans un monde imaginaire ou intellectuel où son narcissisme demeure sans tache. S'ensuit la solitude puis la coupure avec les gens aimés. Il devient de plus en plus difficile de partager et de vivre des sentiments matures et vrais.

Pour guérir
, il est essentiel de comprendre ce qui se passe : il s'agit de sortir du cercle vicieux. L'angoisse provenant de l'incompréhension du monde qui l'entoure l'amène à se décaler du monde et fait encore davantage monter l'angoisse. Il s'agit d'un syndrome dont on peut guérir, à condition d'y mettre le temps et la patience.
 
Notre conseil
La difficulté pour l'entourage consiste à préserver le lien de tendresse et de douceur car la sensibilité et l'angoisse de la personne souffrant du syndrome de Peter Pan sont à fleur de peau. Ni reproches, ni maternage ne sont conseillés, mais une communication vraie sur le type de trouble qui le frappe est nécessaire.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience