• Psycho
  • Conseils

Témoignages : "Je fuis les conflits"

Article par Marine CHASSANG , le 14/01/2010 à 14h45 0 commentaire

Les difficultés font partie de la vie. Chacun de nous, un jour ou un autre, devra faire face à un coup dur. Mais comment réagir face à un conflit ? Certains verront cette accroche comme un défi à relever. D'autres, impuissants, préféreront l'éviter ou plutôt la contourner, par manque d'énergie ou de courage. Témoignages.

Marion, 34 ans, aide-comptable
"Je suis quelqu'un d'assez réservé. Quand quelque chose ne me plait pas, j'ai tendance à ne rien dire. Au boulot, c'est pareil. Mon patron me mène la vie assez dure... Je crois qu'il abuse de ma gentillesse et me demande beaucoup trop de choses à faire. Je sais, par exemple, que ma qualification ne me permet pas de traiter tous les dossiers qu'il m'attribue ! Mais je n'ose rien lui dire. Pourquoi ? Parce que je sais que se plaindre de sa hiérarchie n'a jamais rien de bon. Mon chef aura le dernier mot, je le sais, quoi qu'il arrive. Alors pourquoi entrer dans un conflit lorsque l'on sait qu'il est perdu d'avance ?"
 
Séverine, 36 ans, infirmière
"Quand j'étais enfant, je fuyais la maison pour ne pas voir mes parents, en instance de divorce, se déchirer...Je ne supportais plus les cris et les larmes de ma mère. Aujourd'hui, j'ai deux garçons de 7 et 10 ans et suis mariée depuis maintenant 6 ans. La vie n'est pas toujours facile avec leur père, nous sommes tellement différents. Deux ans après la naissance de notre petit dernier, nos vies ont pris un chemin complètement différent : on ne se parlait plus, il rentrait tard et ne me regardait plus... Il est devenu tellement mystérieux. Jusqu'au jour où j'ai appris qu'il avait une autre femme dans sa vie. Oui, mon mari me trompait ! Je l'ai su, mais je ne lui en ai jamais parlé. Pourquoi ? Pour mes enfants d'abord. Pour rien au monde, je n'aurai voulu qu'ils souffrent de notre séparation.  Mais aussi pour me préserver : cet homme, je l'aime tellement, je ne pourrai jamais me séparer de lui. Alors, je vis avec ce douloureux secret. Je ne crois pas qu'il soit resté avec cette femme, il est beaucoup plus disponible ces derniers temps. Enfin, je crois que cette pensée m'aide à tenir."
 
Marie, 46 ans, institutrice
"Ma fille ainée, Margaux, a 16 ans. Depuis maintenant un an et demi, mon mari et moi ne la reconnaissons plus : elle ne nous obéit plus, et surtout elle nous ment.  J'ai appris récemment qu'elle allait dormir chez son petit copain, lorsqu'elle nous disait coucher chez son amie. Je n'en ai pas parlé à son père, cela le mettrait hors de lui, et il serait prêt à envoyer Margaux en internat. Alors j'écoute notre fille nous mentir et je ne dis rien. Je n'en suis pas fière, mais je préfère ça plutôt que de vivre loin d'elle."
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience