Rompre la solitude par le monde virtuel : témoignages

Article par Marine CHASSANG , le 12/01/2010 à 10h20 0 commentaire

Elles ont testé les relations virtuelles. Découvrez le récit de leurs expériences.

Clarisse, 24 ans.
"Je suis d'une nature très réservée. Je ne prends pas la parole en public, et n'ose jamais regarder les yeux des gens lorsque je leur parle... Sur Internet, c'est plus facile. Je me suis inscrite sur un forum où chacun parle de sa petite vie, de ses problèmes. Je n'hésite pas à dire ce que je pense et à réagir aux messages des autres. Les gens avec qui je discute ne me voient pas telle que je suis, je le sais, mais au moins je suis certaine qu'ils ne me jugent pas".
 
Céline, 39 ans.
"Après mon divorce, je n'avais plus le goût à rien. Une fois les enfants couchés, je restais cloîtrée chez moi, je n'avais personne à qui me confier. Puis en surfant sur le web, je me suis retrouvée sur un site de rencontres : je suis devenue complètement accro ! Et tous les jours, même rituel. Après avoir couché mes petits, je me connectais jusqu'à pas d'heure. J'ai rencontré une multitude de personnes qui souffraient également de leur séparation. Nous avons pu partager points de vue, moments de doute, faiblesses, conseils... Jusqu'au jour où j'ai rencontré un homme, divorcé également, qui a réussi à me faire retrouver le sourire. Après des heures de conversation, nous avons décidé de nous rencontrer. Une amitié très forte s'est alors créée entre nous. Si elle ira plus loin ? Je ne sais pas."
 
 
Virginie, 26 ans.
"Second Life... Je me suis connectée un jour sur ce site, comme ça, par curiosité. Malheureusement, je n'ai plus jamais réussi à m'en défaire... Dans ce jeu,  j'étais quelqu'un d'autre. J'ai créé un avatar qui se trouvait être mon opposé : belle, dynamique, ambitieuse et surtout appréciée des autres joueurs... J'étais tout simplement cette belle personne que je n'ai jamais réussi à être dans la vie réelle.
Je passais tout mon temps libre derrière mon ordinateur et cela suffisait à mon bonheur.  Obnubilée par cette deuxième vie que j'adorais, je n'avais plus de temps à consacrer à ma famille et à mes amis... Ils ne reconnaissaient plus mon comportement et n'ont pas accepté ma dépendance pour ce jeu. J'ai réalisé, bien trop tard, avoir perdu la confiance de tous mes proches. Je ne leur reproche rien, ils ont été déjà trop patients..."
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience