• Psycho
  • Conseils

Le complexe d'Oedipe, le complexe d'une vie ?

Article par Amélie ERMENAULT avec agence , le 11/08/2009 à 16h54 , modifié le 13/01/2015 à 17h01 0 commentaire

Le complexe d'Oedipe est une découverte de Sigmund Freud, il traduit le désir inconscient de l'enfant pour le parent du sexe opposé dont s'ensuit une volonté d'éliminer le parent rival. Faisons le point.

Le complexe oedipien est l'ensemble des pulsions qui poussent le petit garçon, entre deux et trois ans, à ressentir une attirance pour la mère et un rejet pour le père. Dans son analyse Freud a découvert le complexe d'Œdipe en le rapprochant du héros grec de Sophocle, qui tue son père pour épouser sa mère. Pour le père de la psychanalyse, le complexe d'Œdipe est  une étape déterminante dans le développement psychique de l'enfant. Le désir envers la mère trouve ses origines dès les premiers jours de la vie car elle est la première à éveiller du désir chez l'enfant, à travers l'allaitement au sein et les gestes de toilette quotidiens.

 

Cette pulsion déclenche le complexe qui se déroule en trois temps :
La première phase, dite phallique, est une phase où l'enfant découvre que ses parents ont une sexualité. L'enfant se sent exclu et frustré. L'enfant a alors envie de s'interposer entre les deux parents en s'immisçant dans leur intimité et peut aller jusqu'à imiter son père ou exhiber son pénis à sa mère.

 

La phase de la castration, où le père entre en opposition avec les désirs de l'enfant, il se transforme alors en symbole de l'autorité. L'enfant va concentrer ses fantasmes sur sa mère.

 

Deux schémas peuvent intervenir : le complexe d'Œdipe positif ou inversé.
Quand il devient positif, cela implique que l'enfant a intégré le rôle du père et qu'il s'identifie à lui en le laissant jouir du rôle qui est le sien.

 

Le complexe inversé est vécu comme une identification à la mère dans un désir de séduire le père vu que la relation avec la mère est impossible. Cela peut entraîner à l'âge adulte une certaine ambivalence sexuelle voire une bisexualité.

 

La troisième phase, est dite de « résolution » : jusqu'à l'adolescence, les pulsions sexuelles sont refoulées. La crainte de la castration amène le garçon à renoncer à la satisfaction sexuelle et lui permet de sortir de ce complexe en le poussant  à chercher d'autres partenaires sexuels.
 
Notre conseil 
Le complexe d'Œdipe est une phase normale dans le développement affectif d'un enfant, inutile de s'en inquiéter, c'est le signe que sa personnalité évolue sainement.

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience