• Psycho
  • Conseils

L'esprit de compétition : un bon stimulant?

Article par Murielle GIORDAN , le 31/07/2009 à 14h00 1 commentaire

Aimer relever les défis, foncer tête baissée... Défaut ou qualité ? Jusqu'où l'esprit de compétition peut-il aller ?

Certains rejettent complètement l'esprit de compétition et prônent une société égalitaire, où chacun aide son prochain, sans vouloir le dépasser ou l'écraser à tout prix pour réussir. D'autres au contraire y puisent une énergie leur donnant la force de réussir et d'éviter les obstacles.
 
Se battre pour réussir 
 
Avoir l'esprit de compétition, c'est tout mettre en œuvre pour réussir. Vouloir gagner.  Cette volonté de performance n'est pas mauvaise en soi. Elle peut servir de modèle pour les autres, qui trouveront une impulsion, une motivation pour réussir. L'esprit de compétition peut être aussi un bon stimulant car il pousse à l'action, à la réalisation, à l'accomplissement d'un acte. Que ce soit à l'école ou au travail, la volonté de performance peut apporter des résultats concrets. Au-delà d'un stimulant, l'esprit de compétition peut naître d'un manque affectif ou familial. Quelqu'un souffrant de problèmes familiaux pourra tenter de compenser ce manque par le travail, la compétition. Il focalisera  son esprit sur autre chose et essaiera de gagner un défi professionnel pour compenser un échec dans sa vie privée. 
 
La peur d'échouer
 
Un esprit de compétition trop prononcé peut conduire à une véritable peur de l'échec. Vouloir gagner à tout prix, c'est être perfectionniste, parfois à outrance. Ceux qui ne jurent que par le travail et la réussite ne sont souvent pas satisfaits de la seconde place. Ils sont en quête permanente du succès, de la première place et un échec peut alors être extrêmement mal vécu. Il n'est pas rare de voir des étudiants ratant leur thèse ou des cadres ayant échoué dans un projet sombrer dans la dépression ou un malaise profond. Lorsque l'esprit de compétition pousse à courir après une image idéale, il peut devenir nuisible. Pour éviter ce stress, il est préférable de garder en tête que l'échec est humain. L'essentiel est d'accepter ses défauts aussi bien que ses qualités.
 
Se battre avec ou contre les autres ?
 
Au sein d'une équipe, l'esprit de compétition peut être à double tranchant.
Il peut servir de stimulant si chacun accomplit sa tâche dans un seul et même but : mener l'équipe entière à la victoire. Si, au contraire, chacun accomplit sa tâche en concurrence permanente avec les autres, jusqu'à les écraser au passage par n'importe quel moyen, l'esprit de compétition pourra davantage devenir une source de conflit. Pour optimiser des chances de réussir dans un travail en équipe, le mieux reste de bien délimiter son territoire, sa tâche à accomplir et de s'y tenir sans vouloir à tout prix exceller dans le territoire des autres.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • litttlerhouse71, le 31/12/2014 à 03h23 : Un article remplit de gros bon sens. Malheureusement, l'esprit de compétition est de très mauvaise presse aujourd'hui. Surtout, pour les personnes qui n'ont jamais vraiment fait des efforts et des sacrifices relativement lourds pour pouvoir atteindre les plus hautes marches d'une quelconque compétition. Souvent se sont des gens qui ont fait un sport ou une discipline ou un art ou même une activité physique avec une certaine forme de réserve face au surpassement de soi. Plusieurs facteurs peuvent influencer ces comportements. Le facteur social, environnementale, familiale en plus de dépendre fortement du facteur économique. Prenons par exemple le karaté, ce sport ou cet arts ou ce style de vie selon certain, peut importe de la façon dont vous le nommé, est inévitablement affecté par ces facteurs. Prenons en compte dans cet exemple que je suis le père d'un jeune qui pratique ce sport. Premièrement, le facteur social viendra influencer mon enfant. Certain de ses amis pratique déjà cette discipline. Ce qui est venu influencer sa prise de décision de bien vouloir évoluer vers cette voie. Et selon Maslow, l'identité d'une personne passe inévitablement dans les strates du développement de l'individu selon un groupe dont nous voulons faire partie. Alors oui, le facteur social va influer sur l'orientation que prendra votre enfant. Le facteur environnemental va également influencer, quartier pauvre ou riche. Quartier violent ou relativement calme. Quartier chinois ou quartier canadien (Facteur culturel). Encore une fois, ces facteurs ne sont pas à négliger dans la prise de décision de faire ou non, cet art. Je pourrais continuer à expliquer chacun de ces facteurs, mais quel est le lien avec l'esprit de compétition. L'esprit de compétition est directement touché par l'ensemble de tous ces facteurs. Car le jeune chinois (culturel) devra performer pour pouvoir gagner le respect de son père (familiale) et de ses amis (social) et pour pouvoir faire des films de wushu (objectif et but) qui sortira son père et sa mère de ce quartier malfamé. (économique et environnemental) Ce jeune canadien devra performer pour pouvoir gagné un trophée comme ses idoles (contexte identitaire) et pour pouvoir mieux se défendre face à ses détracteurs dans la cour d'école. (Facteur social et environnementale) Dans les deux cas, les deux font du karaté pour leur propre raison. Quelle soient bonne ou non. Elles interagissent directement avec un ensemble de facteurs et non pas de manière unique ou dans l'absolue. Comment savoir si la compétition fera de se jeune homme ou fille, un raté, un champion, un agressif, un sage, un violent, un intransigeant, un égoïste ou un altruiste. Toutes ces questions sans réellement de réponses. Ce qui forge une personne, c'est l'ensemble de facteurs et d'événements qui feront ce que nous deviendrons. Bien des agressifs vont devenir beaucoup plus tendre ou non avec le temps, et bien des tendres deviendront ou non des agressifs dans leur vie. Comment savoir... Une chose est certaine, la compétition fait partie intégrante de l'être humain et on l'apercevoir sous plusieurs formes. Elle peut-être néfaste ou non. La compétition forgera inévitablement l'aspect de notre être. Employé ou employeur, pauvre ou riche, gagnant ou perdant ou simplement une personne ordinaire et très réservé. Ce que je trouve malheureux, c'est de savoir si l'esprit de compétition doit inévitablement passé par une réflexion dichotomique...


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience