• Psycho
  • Conseils

Comment soigner mon impatience en 10 leçons

Article par Sophie Bourgeois avec agence , le 25/05/2009 à 20h33 , modifié le 26/05/2009 à 19h01 0 commentaire

Patiente ou impatiente ? Si l'on attribue à la première caractéristique la vertu, l'autre peut s'avérer gênante socialement et nous faire manquer des bonnes choses de la vie. Est-ce que l'impatience se soigne ? En 10 leçons, voici comment tout essayer !

Leçon numéro 1 : le premier pas dans tout travail sur soi est de reconnaître nos défauts. Suis-je impatiente ? Dans quelles circonstances en particulier ? Qu'est-ce qui a le don de me faire infailliblement sortir de mes gonds ? Est-ce que parfois cela me rend agressive avec autrui ? Prenez-vous la patience pour un trait de caractère négatif ? Est-ce pour vous synonyme de manque de courage ou de passivité ?

Leçon numéro 2 : déterminez ce qui vous gêne, ce que vous désirez changer et ce que vous désirer garder. Fixez-vous un objectif personnel. Votre impatience vous fait-elle avancer dans la vie et prendre à bras le corps des problèmes d'envergure ? Parfait. À quel point devient-elle un handicap pour vous-même et pour votre entourage et pourquoi ? C'est là qu'il vous faut placer votre petit "gendarme" intérieur.

Leçon numéro 3 : Vous avez bien en tête le genre de situations auxquelles vous ne voulez plus réagir avec impatience. Préparez-vous à l'avance des scénarios qui vous permettront de vous calmer le moment venu.

Leçon numéro 4 : L'humour est un garde-fou formidable. Quand vous sentez l'impatience monter à la charge, souriez-vous intérieurement et tâchez de réagir par une blague. L'humour est une prise de distance et de hauteur par rapport à toute situation.

Leçon numéro 5 : Préparez-vous une petite phrase qui vous sauvera des situations pièges pour votre impatience. Par exemple, vous pouvez vous dire, à l'instar de Louis XIV "C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre" (mais il a aussi dit "J'ai failli attendre"), ou encore comme Confucius "Une petite impatience ruine un grand projet" et comme Paul Morand "Le patient use toujours l'impatient". Trouvez votre phrase magique.

Leçon numéro 6 : Vous pouvez accompagner votre phrase magique d'un gri-gri. Certaines personnes évacuent beaucoup de tensions en serrant une balle anti-stress dans leur poche. Vous pouvez également placarder un poster avec un paysage magnifique et serein dans lequel vous plongez quand vous en ressentez le besoin.

Leçon numéro 7 : Essayez-vous à une forme de relaxation ou de yoga. Vous apprendrez ainsi à prendre conscience de votre respiration, de votre corps et de ses rouages et vous aurez à votre disposition des techniques pour relâcher la pression de l'impatience.

Leçon numéro 8 : Si votre impatience vous a gâché vos emplois ou vos relations avec des êtres chers, utilisez vos échecs comme tremplin mais capitalisez sur vos premiers succès. Le tout est d'amorcer la spirale positive.

Leçon numéro 9 : L'impatience est une caractéristique de personnes qui se projettent sans fin dans l'avenir en une éternelle fuite en avant. Recentrez-vous sur le présent et essayez de mettre du plaisir dans les petites choses du quotidien. La vaisselle est une corvée pour vous ? Tâchez de la voir autrement : soyez présent dans vos gestes et ne la faites pas "pour qu'elle soit faite". Quand vous sentirez la valeur du moment présent, vous l'y habiterez avec de plus en plus de plaisir.

Leçon numéro 10 : vous avez essayé les 9 leçons précédentes et rien n'y fait ? Il vous faut alors soit accepter votre impatience, soit vous rendre chez le psy pour un travail plus en profondeur.
 
Notre conseil :
Il faut beaucoup de... patience pour travailler sur son impatience. C'est un paradoxe qui peut sans doute vous récompenser quand vous obtenez vos premiers succès ! 
 
 
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience