Comment expliquer la déprime liée aux fêtes de fin d'année ?

Article par Clémence ORCEL , le 18/11/2009 à 12h43 , modifié le 20/11/2009 à 17h49 1 commentaire

Réveillon de Noël, réveillon du jour de l'an : des moments heureux pour certains, plus difficiles à vivre pour d'autres. Comment expliquer les baisses de moral pendant les fêtes et comment finir l'année avec le sourire ?

Le bonheur des autres...                                                                                                   
Pas toujours facile de parler de sa déprime au beau milieu des cadeaux, des lumières et des rires de son entourage. Les fêtes de fin d'année sont réputées pour être une période heureuse et sereine. Pourtant, vos soucis personnels viennent assombrir le tableau. Solitude, précarité, divorce, perte d'un proche, chômage : la magie de Noël, vous n'y croyez pas, bien au contraire, vous la fuyez. Vous ne trouvez pas votre place au milieu de tous ces visages comblés et souriants, le bonheur des autres ne fait qu'exacerber votre tristesse.

Les angoisses qui surviennent à l'approche des fêtes ne doivent pas êtres confondues avec la dépression saisonnière, qui apparaît souvent à la fin des beaux jours. Ce sont donc deux problèmes différents. Bien sûr, la déprime de Noël, qui concernerait une personne sur trois dans les pays occidentaux, est elle aussi due en partie à la baisse de luminosité et à la rudesse de l'hiver, mais elle a d'autres causes, plus profondes. Parmi elles, la famille !

On ne choisit pas sa famille...
Le cliché du clan familial, de la tribu unie, heureuse et soudée, ce n'est pas votre truc. Pour vous, famille rime avec complications. Et justement, les problèmes familiaux peuvent êtres des déclencheurs de déprimes ou de rechutes de dépression. Les retrouvailles ne sont pas toujours heureuses, certaines querelles de longue date peuvent resurgir, tout comme de nouvelles frictions peuvent venir gâcher la fête.

Retrouver sa famille au complet peut aussi réveiller d'anciennes douleurs. La perte d'un proche, d'un enfant, d'un parent par exemple. Un divorce, une séparation, un échec sentimental, aussi. Vous pensiez avoir fait votre deuil, être passé à autre chose, et bien non : les souvenirs difficiles vous reviennent au contact de vos proches.

Les jalousies sont elles aussi susceptibles de vous miner pendant les fêtes. Jugés futiles par la plupart, les sentiments d'envie et de rancœur peuvent être profonds et entacher votre moral. Votre beau-frère a une meilleure situation que vous, les enfants de votre sœur sont mieux élevés, vous pensez que vos proches ont mieux réussi leur vie que vous, vous avez l'impression d'être le vilain petit canard, de ne pas avoir votre place parmi eux.

Certains n'ont pas ou plus la chance d'avoir une famille à visiter à Noël. Dans ce cas-là, le sentiment de solitude vous envahit, vous broyez du noir et la déprime est quasi inévitable. Assister à des scènes de retrouvailles, au bonheur bien visible de vos collègues, des passants dans la rue à l'approche des fêtes : difficile de ne pas sombrer dans la tristesse.

Nostalgie quand tu nous tiens...
Une autre cause de la déprime des fêtes de fin d'année : la nostalgie. Le temps qui passe, la jeunesse perdue, les souvenirs heureux vous oppressent. Rien ne sera jamais plus beau que vos premiers Noël, lorsque vous étiez enfant et que la dure réalité de la vie vous échappait. L'insouciance passée vous manque, tout comme le sentiment de sécurité qui vous berçait jadis. Aujourd'hui, les fêtes ont perdu de leur magie et cette période soi-disant heureuse vous fait regretter le passé. Et pourtant...

Chasser la déprime, c'est possible !
Le remède infaillible : s'efforcer de faire plaisir aux autres. Puisque pour vous, les fêtes sont un moment difficile à passer, autant vous concentrer sur vos proches, plutôt que de vous apitoyer sur votre sort. Faites des cadeaux ! Pas forcément chers, pas forcément recherchés, misez plutôt sur des présents personnalisés ! N'oubliez pas que c'est l'intention qui compte...

Un de vos amis, voisins, collègues est lui aussi assailli par la déprime des fêtes ou souffre de la solitude ? Invitez-le à votre table ! Sans pour autant vous laisser tirer vers le bas, passer du temps avec quelqu'un qui ne rayonne pas de bonheur vous fera peut-être du bien. Et en lui rendant service, vous vous sentirez utile.

Vous ne savez pas quoi faire pour le réveillon ? Votre famille est aux abonnés absents, vos amis sont tous occupés, vous n'êtes pas assez proche de vos collègues pour vous joindre à leur fête ? Et si vous veniez en aide aux plus démunis ? Dans un foyer d'accueil, par exemple. Offrir un dîner digne de ce nom à des gens vivant dans la précarité vous aidera à relativiser. L'esprit de solidarité ambiant et le sourire des gens reconnaissants devraient aussi vous mettre du baume au cœur.

Et si vous vous évadiez pour les fêtes ? Partez en voyage, à quelques dizaines, centaines ou milliers de kilomètres de chez vous. Respirez, changez d'air, rencontrez des gens. Vous pensez que votre déprime de Noël est en partie due à une petite dépression saisonnière ? Plutôt que de faire une luminothérapie à deux pas de chez vous, allez en faire une directement au soleil, les pieds dans le sable ! Rien de tel pour faire peau neuve et retrouver le moral...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • agatha37, le 20/12/2014 à 04h43 : Les Fétes de Noel me rendent nostalgique,n'ayant pas eu d'enfants,et me rappellent,c'est vrai,l'epoque ou Nous étions entourés de la famille,devenue,éparpillée.On se perd de vue,n'avons plus les memes vies,d'ailleurs:un conflit avec mon beau-frére a éclaté,en plein repas,du à une promiscuité,familiale trés lourde!!!...c'est avec angoisse,qu'il faut se retrouver,presque,pas marrant,ces reunions datées!!!!!


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience