Ces mamans qui se prennent pour des ados

Article par Clémence ORCEL , le 21/10/2009 à 12h00 1 commentaire

Elles se revendiquent "cools", sortent en boîte, soignent leur look, font tout pour rester jeune, aussi bien dans la tête que physiquement. Que cache ce phénomène des adulescentes ? Et quelles sont les répercussions sur leur entourage ?


"Ce n'est pas parce que mes enfants sont déjà des adolescentes que je dois me comporter comme une grand-mère ! ". Cécilia a presque quarante ans et elle aime à dire que physiquement, elle en fait trente. Mais ça ne s'arrête pas là...

"Dans ma tête, je suis à peine majeure ! Heureusement que mes filles sont responsables et que je n'ai pas besoin de faire la loi à la maison ou de les surveiller en permanence. Pour moi, elles sont adultes, elles peuvent faire leurs choix, mener leur petite vie. Bien sûr, je suis toujours là pour elles, prête à les écouter et à leur donner des conseils. On est très proches, je ne suis pas seulement leur maman, je suis aussi leur confidente. C'est important pour moi de savoir qu'elles sont à l'aise avec moi, qu'elles n'ont pas peur d'aborder tel ou tel sujet." Cécilia est très fière de cette relation à part et n'hésite pas à nous rappeler deux, cinq, dix fois qu'elle est ouverte d'esprit. Un peu trop peut-être ?

"Je n'ai jamais été quelqu'un d'autoritaire. Je profite de la vie et je laisse les autres en faire autant. Pourquoi est-ce que j'empêcherais mes filles d'aller en boîte, à des soirées, des concerts, puisque moi-même je le fais ? Elles m'accompagnent souvent, d'ailleurs. On écoute toutes la même musique, on aime les mêmes films, les mêmes émissions télé, les mêmes fringues. Ca me plaît de partager tout ça avec elles, de ne pas passer à côté de tous ces moments forts en complicité."

Vue sous cet angle, la situation paraît idyllique. Pourtant, ce n'est pas le cas. "Je sais que mes filles sont fières d'avoir une maman jeune dans sa tête, mais elles aimeraient que ma vie sentimentale soit plus stable. J'ai tendance à multiplier les histoires amoureuses, je n'arrive pas à me "caser ". Moi, ça ne me dérange pas, mais je sais qu'elles n'attendent qu'une chose : que je trouve enfin l'homme de ma vie. Au fond, elles ont peur que je finisse seule." Cécilia reconnaît qu'elle est un peu instable, que son mode de vie n'est pas très conventionnel et que ça ne rassure pas toujours ses enfants. Refuser de vieillir, rester "in" pour plaire à ses filles et soi-disant profiter de la vie, ça ne fait pas tout. Et elle en a conscience : "Un jour ou l'autre, il faudra bien que j'accepte de grandir ! "
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • garibaldi, le 11/10/2011 à 15h07 : La relation fusionnelle mère-fille est parfois catastrophique. J'ai connu un cas où les amants de la fille couchent même avec la mère .


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience